Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Procès Soamahamanina : détention maintenue pour Augustin Andriamananoro

Procès Soamahamanina : détention maintenue pour Augustin Andriamananoro

Après quatre heures de procès hier à Anosy, Augustin Andriamananoro retourne en prison. L’affaire a été mise en délibéré jusqu’au 27 décembre.

Demande de liberté provisoire refusée pour l’ancien ministre de la  Communication, Augustin Andriamananoro. Après quatre tours d’horloge de procès, le vice-président du Mapar retourne en prison.

Durant le procès, la défense a soulevé des exceptions. Elle a par ailleurs évoqué les irrégularités lors de l’arrestation de son client. « Le ministre n’a pas été pris en flagrant délit de crime pourtant on n’a pas respecté ses droits humains. Il était en plein enterrement d’un membre de sa famille », a harangué ses avocats, lors de ses plaidoiries.  L’ avocat d’Augustin Andriamananoro a également mis en cause l’absence d’une convocation lors de cette arrestation.

Aucun respect des droits humains

Selon la défense, l’arrestation n’a pas respecté les formalités stipulées par le code de procédure pénal.

Une vidéo prouvant l’innocence d’Augustin Andriamananoro lors de la manifestation qui s’est tenue à Soamahamanina le 22 septembre dernier a été également visionnée par les juges. La défense a d’ailleurs demandé des preuves et des témoignages incriminant le prévenu, ce que le ministère public n’a pas été en mesure de fournir. Par conséquent, la défense a demandé un renvoi des fins de la poursuite.

Le verdict final sur cette affaire qui tient en haleine le microcosme politique sera prononcé le 27 décembre. Une décision qui n’a pas ravi la majorité de l’assistance venue en masse soutenir ce natif de Soamahamanina. Une vague de protestations s’est élevée aux alentours du tribunal à Anosy et a failli dégénérer. Les forces de l’ordre, venues quadriller le tribunal, sont intervenues à temps pour maîtriser la situation. Après quelques minutes, le calme est revenu sur les lieux.

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.