Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Harcèlement textuel

Harcèlement textuel

En voilà un feuilleton qui risque de continuer encore plus longtemps que prévu. Même les non-initiés aux différentes disciplines sportives commencent à s’intéresser aux différentes guéguerres au sein de quelques fédérations sportives. Le Malagasy rugby, anciennement appelé fédération malgache de rugby, est actuellement le champ de bataille des candidats à la présidence de cette structure. Et le président actuel, candidat à sa propre succession n’en finit pas d’encaisser des tirs à boulets rouges de la part de ses principaux protagonistes depuis un certain temps.

Ces derniers viennent de remuer le couteau dans la plaie à la veille de l’élection fédérale prévue se dérouler ce jour, d’après les plaignants qui ont demandé l’annulation du nouveau code électoral amendé en catimini par le président Marcel Rakotomalala. Ses adversaires ont tout de suite découvert le pot aux roses et ont saisi le tribunal. Un véritable coup de théâtre mais pendant ce temps, le silence assourdissant du camp adverse intrigue plus d’un. C’est une scène habituelle avant les différentes élections au sein des mouvements sportifs malgaches.

Le même scénario s’est produit au sein de la fédération de kick boxing. Le président actuel Briand Andrianirina a été l’objet de propos très peu élogieux, voire agressifs, de la part des huit ligues régionales lors d’une conférence de presse la semaine dernière. Comme à la vieille école, les deux camps usent de la même méthode, celui qui est pointé du doigt n’a pas encore donné sa réponse mais il a logiquement son mot à dire par rapport aux accusations portées contre lui. Le comportement de Briand Andrianirina et Marcel Rakotomalala n’est pas un fait nouveau. Plus d’un journaliste sportif digne de ce nom et les passionnés de sport connaissent très bien que leur réponse ne saura pas tarder et ils arriveront toujours à un terrain d’entente après plusieurs « harcèlements textuels » dans les médias et dans les instances juridiques. Fair play ou pas…

Rojo N.

Les commentaires sont fermées.