Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Quand on veut, on peut

Quand on veut, on peut

Le procès Christine Lagarde et la défection de François Hollande. Ces deux événements, figurant parmi ceux qui ont principalement marqué l’actualité internationale ces derniers temps, nous donnent matière à réflexion, pour espérer que des changements sont possibles au pays.

Ayant agi par négligence dans l’affaire Bernard Tapie, la directrice générale du Fmi et non moins ancienne ministre française de l’Economie se trouve actuellement face à la Justice. Cette négligence aurait permis un colossal détournement d’argent public au profit de Bernard Tapie. Par conséquent, l’une des femmes les plus puissantes du monde risque jusqu’à un an d’emprisonnement et 15.000 euros d’amende.

Que faut-il retenir de cette affaire ? Contrairement aux réalités au pays, tout le monde est traité sur un même pied d’égalité dans les pays démocratiques comme la France. On dit toujours que nul n’est au-dessus de la loi et que tous sont égaux face à la loi.

Mais la réalité est tout autre à Madagascar où les lois sont des toiles d’araignée à travers lesquelles passent les grosses mouches et où restent les petites, comme le disait bien Honoré de Balzac. L’affaire tout récemment traitée par le Bureau indépendant anticorruption est une preuve irrécusable. La principale suspecte a tout bonnement fait fi de la convocation de la Justice.

Passons du coq à l’âne. L’actuel président français a annoncé dans son discours qu’il n’est pas candidat à sa propre succession à la présidentielle de mai 2017. Avançant «l’intérêt supérieur de la Nation», il a décidé de renoncer à cette course à l’échalote. Le président français a même reconnu ses échecs. Dans l’entourage du président, personne n’était au courant de sa décision. Certains ont estimé que François Hollande serait le meilleur candidat.

Peut-on imaginer un tel scénario à Madagascar ? C’est difficile peut-être mais pas impossible. Pour l’heure, on n’en est pas encore là. A Madagascar, tout le monde veut être Calife à la place du Calife.

N’est-il pas vrai que l’histoire nous permet à la fois d’apprendre et d’éviter les erreurs du passé ? Tout le monde peut évoluer et les réalités peuvent se modifier. Vouloir c’est pouvoir.

Mparany

 

Les commentaires sont fermées.