Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

C’est inadmissible et inacceptable !

C’est inadmissible et inacceptable !

« Ensemble et solidaires, libérons Madagascar de la corruption…Le chantier qui nous attend est immense et les résultats obtenus sont loin de répondre aux besoins de notre pays…La corruption : Ensemble nous la vaincrons ». Quelques phrases très expressives, tirées de la déclaration solennelle du directeur général du Bianco, Jean-Louis Randriamifidy, hier à Anosy à l’occasion de la célébration de la journée internationale de lutte contre la corruption, résumant en quelques mots la situation de la corruption au pays.

Faire appel à l’union nationale et à l’engagement de tout un chacun pour pouvoir vaincre la corruption traduit que malgré les efforts fournis, surtout en matière de législation, la guerre est loin d’être gagnée. Des fois même, on a perdu la bataille…mais la lutte continue contre vents et marées. Elle est en marche, même si le chemin est long et parsemé d’embûches.

Dans son discours, en faisant référence à l’affaire d’Ambohimahamasina, le Dg du Samifin, Boto Tsara Dia Lamina n’a pas manqué d’évoquer d’une manière directe, une sorte de message fort lancé à l’endroit des responsables étatiques, l’intervention, voir même les pressions de toute sorte de certaines personnes, venant notamment des responsables de la haute sphère étatique qui osent même exiger sans saisir en bonne et due forme les autorités compétentes sa démission. « C’est inacceptable et inadmissible », a-t-il lancé.

Face à une telle attitude à la limite d’un abus de pouvoir, il y a loin de la coupe aux lèvres. Alors qu’ailleurs, à l’échelle internationale, la lutte contre la corruption a atteint un niveau de référence pour Madagascar. Tous les gros bonnets et des hauts dirigeants sont dans le collimateur avec la participation et l’engagement actifs, loin de l’influence politique et sans tenir compte du poste occupé en haut lieu, des responsables étatiques. Jérôme Cahuzac, ancien ministre du Budget de la République française a écopé de trois ans ferme.

Pour affaire de corruption, l’actuelle présidente de la Corée du Sud, Park Geun-hye est sur la sellette. Le parlement a voté sa destitution et la motion n’attend plus que la validation de la Cour constitutionnelle. A Madagascar, la marche est entamée, mais…

RA

 

Les commentaires sont fermées.