Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Fierté nationale dites-vous ?

Fierté nationale dites-vous ?

Les boulistes malgaches ont à la fois fait parler d’eux et fait taire beaucoup de mauvaises langues qui n’ont jamais cru à une victoire à domicile de la Grande île. Un inconditionnel de la pétanque a certainement eu vent du portrait peu flatteur de nos représentants lors des sorties à l’étranger comme quoi ces derniers troqueraient leur victoire pour quelques billets. Une situation honteuse qui a nourri de grands débats sur la toile et dans les médias classiques. Peu de gens l’ont cru mais les porte-fanions malgaches à ce 47e championnat du monde de pétanque ont porté haut le flambeau national.

Et c’est devenu tout à coup un évènement national, étant une opportunité offerte sur un plateau d’argent pour des personnalités bien connues d’embellir leur image sur le petit écran. Où étaient ces gens là pendant les préparatifs de cette compétition ? Qu’ont-ils fait pour soutenir l’équipe nationale et le comité organisateur et leur apporter les conditions nécessaires pour aborder un championnat d’une telle envergure ?

Heureusement que toute l’équipe n’est pas allée au congrès sans crochet car tout a été calculé au millimètre près pour que ce rêve devienne réalité. Et la magie a opéré, pourtant nombreuses étaient les critiques à propos de l’ossature de l’équipe nationale malgache après les affrontements médiatiques entre une figure de proue de la discipline et les sanctions qui lui sont infligées. Parlant bien évidemment d’Alhenz Ulricha Tonitsihoarana alias Toutoune, l’un des artisans de la victoire de Madagascar aux Masters de pétanque 2014.

Journalistes, joueurs, techniciens et simples passionnés ont déploré le geste pas très fair-play de la fédération de tutelle mais, apparemment, le sujet n’est plus d’actualité. Personne n’a osé remettre le sujet sur le tapis et préfère partager cette « fierté nationale » et jouir de tout avantage qui en découle même les individus qui n’ont pas mâché leurs mots pour critiquer à tort ou à raison les parties prenantes à l’organisation de cet évènement. Bonjour l’hypocrisie !

Rojo N.

 

Les commentaires sont fermées.