Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Fin de la trêve politique : l’opposition saisit la communauté internationale

Fin de la trêve politique  : l’opposition saisit la communauté internationale

Fin de la trêve politique. Il n’aura pas fallu beaucoup de temps aux opposants pour préparer de nouvelles actions. Cela à l’approche de la fin de l’année.

Une semaine de paix et de stabilité. Voilà ce que le régime a voulu véhiculer durant toute la semaine de la Francophonie. Un défi relevé puisque la partie de l’opposition a effectivement respecté la demande de trêve politique. Mais à peine le Sommet achevé, certains envisagent déjà de nouvelles actions. «C’est la fin de la trêve politique pour le DFP», a indiqué Maharavo Ratolojanahary, dit Doudou, leader du mouvement Dinika ho fanavotam-pirenena (DFP), joint au téléphone hier. Il a expliqué que le DFP est déjà sur le point d’élaborer une nouvelle stratégie.

Le mouvement prévoit de s’adresser à l’Union européenne pour lui faire part de sa proposition. «A défaut de dialogue politique, nous allons saisir l’Union européenne pour l’application de l’accord de Cotonou», a fait savoir Maharavo Ratolonjanahary. Et lui d’ajouter, «La communauté internationale a été avec nous lors du renversement de Marc Ravalomanana et du coup d’Etat d’Andry Rajoelina, il serait logique que nous lui demandons encore de l’aide actuellement». D’après lui, Madagascar ne peut se détacher de la communauté internationale. Un comité de rédaction est donc en place pour rédiger la lettre à adresser à l’Union européenne et recueillir la pétition.

Les parlementaires de l’opposition ont également leur mot à dire. Certains proposent en effet la dissolution de l’Assemblée nationale pour trouver la stabilité dans le pays. Néanmoins, aucune date n’est avancée. Dans tous les cas, les parlementaires sont actuellement en pleine session ordinaire qui devrait s’achever d’ici quelques jours. S’ils souhaitent réellement dissoudre cette institution, le moment sera bien choisi. D’autre part, les parlementaires regroupés au sein du VPM/Malagasy miara-miainga attendent toujours leur audience auprès du président de la Chambre basse, Jean-Max Rakotomamonjy, afin de régulariser la procédure pour accéder au siège de la septième vice-présidence du bureau permanent.

Rakoto

Les commentaires sont fermées.