Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Du fromage pour un silence

Du fromage pour un silence

Le calme plat succède à l’euphorie du Sommet de la Francophonie. Un calme inquiétant semblable à un silence de cathédrale malgré l’effervescence menaçante des opposants.

La trêve déclarée en faveur du Sommet s’éternise. Le rideau est tombé sur l’évènement mais le silence reste en permanence. Personne ne souffle mot sur le bilan du Sommet. Les responsables de l’organisation semblent n’avoir pas des comptes à rendre. Personne n’ose les contraindre à s’exécuter jusqu’ici pour des raisons inexpliquées d’ailleurs. Rien ne filtre mais tout rentre doucement dans l’ordre désordonné du train-train quotidien. Les bouchons reviennent. Les transporteurs urbains menacent dans la capitale. L’insécurité resurgit avec plus de violences. Le manque de confiance de la population envers les institutions judiciaires et policières se généralise. Le problème de logements s’amplifie avec la perspective de démolition des constructions illicites dans une capitale minée par plusieurs décennies de laisser-aller.

Mais tout ceci est entouré du silence complice du régime et de ses opposants, réconciliés miraculeusement le temps d’un Sommet de la Francophonie. L’aura de la mère patrie reste encore très influente sur ses « progénitures » condamnées à s’alterner dans la direction des affaires nationales des pays francophones. Le silence est de mise pour avoir droit à certaines portions du fromage de Maître Corbeau par ces temps…

Manou

 

Les commentaires sont fermées.