Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans : carnet d’un boto de pousse-pousse

Quand hier, j’ai eu connaissance du programme du concert de ce soir, je me suis empressé, pour faire plaisir à mon Directeur, de lui donner d’avance le compte-rendu de la soirée. Eh bien ! cela ne lui a pas plu ; il a rejeté ma copie avec indignation. Je n’avais cependant distribué que des éloges, et je crois que le public et nos amateurs auraient été satisfaits. D’après lui, pour faire un compte-rendu, il faut avoir assisté à la représentation. C’est une opinion. On plante bien un piquet au vu de la carte sans aller se faire griller sur le terrain, et le Général Joffre, pour purger les Boches, ne passe pas sa vie dans les tranchées de première ligne. Cependant, après réflexion, je crois que mon Directeur n’a pas eu tout à fait tort, mon article aurait été facilement incomplet, car je ne parlais pas et pour cause des Mystères de Tamatave. Renseignements pris, ce numéro nous promet des révélations tellement sensationnelles que, si notre bienveillante Administration a consenti à laisser soulever un coin du voile, c’est pour nous préparer aux horreurs que le film, actuellement au point, va nous dénoncer dans quelques jours. Quoique une large distribution d’eau bénite sera faite à la fin de la soirée, jeunes filles et gens au cœur faible, restez chez vous.

Qu’est-ce que ça peut être ? Qu’est-ce qu’il peut bien y avoir ?

Sarah B.

L’Œil du Maître

Les séjours fréquents que vient faire à Tamatave le Chef de la Colonie prouvent combien, tel son illustre et regretté prédécesseur, le Général Galliéni, M. Garbit attache d’importance au développement de la capitale maritime de Madagascar.

En dehors des questions agricoles et commerciales qui lui sont actuellement soumises par nos diverses commissions, nous nous permettrons d’attirer d’une façon toute spéciale son attention sur l’état lamentable dans lequel se trouve notre ville.

Nous savons que M. Garbit tient à se rendre compte par lui-même du bien-fondé des réclamations, nous nous proposons, aidés de nos lecteurs, de lui signaler les nuisances nombreuses et variées qui existent à Tamatave du fait de la non-application des arrêtés ou qui dépendent d’autres causes.

Vidi.

La Dépêche malgache

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.