Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

L’Union fait la force

L’Union fait la force

Du coté de l’Union de la presse francophone (UPF), la messe est dite à propos du code de la communication. Durant son discours à l’occasion des 45e Assisses de la presse francophone qui battent  leur plein en ce moment à Antsirabe,  l’homme fort de l’UPF, Mandiambal Diagne, n’a pas mâché ses mots en interpellant vivement le président de la République, Hery Rajaonarimampianina de revoir la copie de ce texte, « Il faut rediscuter ce code avec les membres de la presse et les communicateurs.  Car avec sa forme actuelle, il est sujet à de nombreux critiques et problèmes qui ne sont pas sans conséquence  sur la liberté d’expression ».

Sous cette optique, l’Union de la presse francophone partage l’idée du Mouvement pour la liberté d’expression (MLE) sur la nécessité de réviser ce code controversé, qualifié même de liberticide. Comment ne pas l’être face aux plusieurs dangers, obstacles et des pratiques souvent manipulés à des fins politiques qui font entrave à l’exercice de la liberté d’expression et de la presse, notamment dans les pays africains francophones pauvres comme Madagascar.

Le « Je suis libre » est menacé et par ricochet la démocratie devant la mainmise politique d’un régime autoritaire. Quant le 4e pouvoir n’a pas sa place dans un ordre constitutionnel, c’est tout un pays qui est privé des droits à la liberté d’opinion et d’expression selon la  Déclaration universelle des droits de l’homme.

L’adoption  controversée de ce code de la Communication a provoqué une levée de bouclier chez les Médias malgaches, notamment le Mouvement pour la liberté d’expression. C’est pourquoi ce dernier profite de ce Sommet pour dénoncer l’agissement de l’Etat à faire appliquer ce texte malgré tout. Et de montrer aux médias et aux dirigeants francophones la vraie réalité de la liberté de presse à Madagascar. L’interpellation du président de l’UPF qui n’est pas des moindres est très significative même si au final, il a eu droit à une réponse du berger à la bergère.

JR.

 

Les commentaires sont fermées.