Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Trafic de corail noir à Ambovombe : un proche d’un ministre incriminé

Trafic de corail noir à Ambovombe  : un proche d’un ministre incriminé

Une vingtaine de jours après la découverte d’environ 5 kilos de corail noir à Ambovombe Androy, l’enquête se poursuit en vue de retrouver la tête pensante du trafic.

Soixante-quatre morceaux de corail noir, pesant approximativement 4 ou 5 kilos, et 23 bouteilles de plongée. C’est la saisie opérée par la police et la région Androy le 29 octobre dernier. Ces objets sont actuellement entreposés à la Brigade régionale de la sécurité publique d’Ambovombe Androy.

En fuite, le cerveau et ses complices font actuellement l’objet d’une traque intense.

Selon une source sécuritaire, l’audition du témoin est déjà terminée. Celle d’un suspect qui n’est pas lié directement à l’affaire se fera dans les prochains jours. Son interrogatoire permettra très probablement de faire toute la lumière sur cette histoire de braconnage. De sources concordantes, un proche d’un ministre tenterait actuellement de faire des pressions pour étouffer l’affaire.

 « Bois de rose des mers »

Surnommé « bois de rose des mers », le corail noir suscite la convoitise des braconniers depuis quelques années. Selon des sources convergentes, le kilo de cette espèce protégée se négocie entre 700.000 et 800.000 ariary, voire plus. En 2014, la gendarmerie d’Ambovombe avait procédé à la saisie de 15 kg de corail noir. Quatre suspects ont été placés en détention préventive à l’époque.

Plus que jamais décidé à endiguer ce fléau, le chef de la région Androy a donné l’ordre aux forces de l’ordre d’ouvrir une enquête. Ce qui a permis de mettre la main sur les 64 morceaux de corail noir le 29 octobre dernier à Kotoala, district d’Ambovombe.

Répondant à la demande de collaboration de la région Androy, des émissaires, ainsi que des enquêteurs de la plateforme de la société civile œuvrant pour la protection de l’environnement Alliance Voahary Gasy sont actuellement sur place. Ils tenteront ainsi de débusquer celui qui tirait les ficelles dans l’affaire.

Mparany

Les commentaires sont fermées.