Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Mise en œuvre du PNF : 75 millions de dollars à négocier

Mise en œuvre du PNF  : 75 millions de dollars à négocier

Le Programme national foncier (PNF) pour Madagascar est prêt. 75 millions de dollars sont nécessaires pour sa mise en œuvre. 

75 millions de dollars sont nécessaires pour mettre en œuvre ce programme sur lequel s’appuient toutes les politiques publiques et les interventions des partenaires techniques et financiers en matière foncière. En effet, le PNF figure parmi les programmes qui seront présentés à la Conférence des bailleurs de fonds et investisseurs (CBI) de Madagascar à Paris les 1er et 2 décembre prochains.

Après l’approbation de la Lettre de politique foncière (LPF) l’année dernière, le ministère auprès de la présidence en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’Equipement (M2PATE) a présenté officiellement le PNF avant-hier. Si la LPF s’assimile à une feuille de route établie pour une durée de 15 ans, le PNF constitue le cadre d’activités opérationnelles pour une durée de cinq ans.

Durant sa mise en œuvre, le PNF confirmera au préalable les principes directeurs qui garantiront la continuité de l’esprit de la réforme foncière. Ces principes concernent en l’occurrence la continuité avec le maintien du certificat foncier comme document permanent de garantie de propriété, la progressivité avec une mise à jour du cadre juridique en fonction d’évaluations d’opérations pilotes et la représentativité des acteurs du secteur.

D’autres programmes

La Banque mondiale finance déjà un projet foncier à Madagascar avec le projet Croissance agricole et sécurisation foncière (Casef) d’un montant de 53 millions de dollars à titre de prêt. Ledit projet a pour objectif d’améliorer la sécurisation foncière et l’accès aux marchés des ménages agricoles ciblés en milieu rural.

La population rurale pourra en tirer profit grâce à la mise en place de nouveaux services complémentaires et l’injection de nouveaux revenus. Pour ce faire, la majorité des ménages auront accès à des ressources financières stables et pourront faire des projections à long terme. Et ce document final sur la réforme du secteur foncier s’avère être une avancée concernant les conflits domaniaux.

Arh. 

Les commentaires sont fermées.