Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a100 ans : nos commentaires (1)

Dans deux précédents numéros, nous avons publié in extenso le document par lequel M. le Gouverneur Général Garbit a voulu expliquer par quelles prudentes mesures il était arrivé à atteindre ces deux buts diamétralement opposés en apparence, ayant pour objet, l’un de donner à la métropole le nombre maximum de défenseurs, et l’autre de maintenir dans toute la mesure possible la vie économique du pays nécessaire à la fois pour sauvegarder dans cette colonie la situation de la colonisation française, pour fournir à la métropole les produits utiles à la défense nationale ou au ravitaillement de la population civile, enfin, d’une manière générale, pour contribuer à assurer par l’importance de nos exportations un change favorable à la monnaie française dans les pays étrangers.

Ces explications, par la hauteur de vues, le style correct, et la modération absolue dans lesquelles elles sont données, démontrent chez leur auteur une science profonde dans l’art de gouverner.

Très utiles pour tous ceux qui, en dehors de Madagascar, s’intéressent à notre colonie, elles ne laisseront aucun doute dans leur esprit. Ils saurant qu’ici tout ce qui était possible pour la défense nationale a été fait et même au-delà, comme nous le disons plus loin.

En même temps, M. Garbit a cru devoir répondre à certaines insinuations aussi grossières que malhonnêtes, puant la mauvaise foi et le chantage, et auxquelles une certaine presse a eu l’inconscience d’offrir ses colonnes. Dans un style emprunté aux Halles, ces insinuations ne tendaient à rien moins qu’à faire passer la population de Madagascar comme dépourvue de tout patriotisme et composée d’embusqués couverts par M. le Gouverneur Général, qu’en cette occasion on a été même jusqu’à traiter de méprisable, plus méprisable encore que les embusqués.

Mais il n’y a pas de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, et les explications de M. Garbit ont glissé sur ces esprits détraqués comme les gouttes d’eau sur les plumes d’un oiseau aquatique.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.