Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique : hasard de l’actualité, le délicat sujet de la Communication s’invite au Sommet de l’O.I.F.

En raison de la brûlante actualité au Congo, à moins d’enfoncer profond la tête dans le sable, les hauts personnages de la Francophonie réunis à Antananarivo au Sommet de l’O.I.F. éprouveront des difficultés à vouloir éviter de mettre sur la table les épineuses questions liées à la Communication. Toutefois soi-disant par délicatesse à l’égard du pays hôte, et sous prétexte d’observer un respect de l’ordre du jour, il est à parier que le sujet ne fera pas l’objet de débat officiel.

Dans le pays, une bonne partie de l’opinion ne s’offusquerait pas d’un grand déballage. La population locale ne serait du reste pas isolée à souhaiter un vrai débat sur la question. Dans nombre de pays membres, les populations bâillonnées par leurs gouvernants trouveraient heureuse une initiative de l’O.I.F. à vouloir s’attacher à cet objet de fâcherie. Parler la même langue et partager les mêmes valeurs suffisent dit-on à faire de la Francophonie une grande famille. Y aurait-il honte à vouloir y laver le linge sale ? Non ! Seulement parmi les seules personnes habilitées à débattre il en est un certaines qui préféreraient qu’on élude le sujet. Ils ne sont pas rares les gouvernants qui par horreur des infos rapportant les faits de mauvaise gouvernance, optent de restreindre la liberté d’expression plutôt qu’à améliorer leur mode de gouvernance. Le pouvoir au Congo témoigne actuellement de la pratique scandaleuse de cette honteuse méthode. Le gouvernement de Kinshasa étrangle la voix de Radio France Internationale. Belle opportunité servie tout chaud.

L’O.I.F. gagnerait en crédit et en popularité si elle parvenait à battre le fer tant qu’il est chaud. Dure chalenge ! Si en théorie pour l’O.I.F. la défense des intérêts des locuteurs constitue un objectif de prime importance, dans la pratique le cercle des gouvernants demeure à la fois premier interlocuteur et décideur in fine.

Léo Raz

Les commentaires sont fermées.