Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Tentative d’importation de tortues : les trafiquants encourent 2 à 10 ans de prison

Tentative d’importation de tortues : les trafiquants encourent 2 à 10 ans de prison

Le procès sur la tentative d’importation de 198 tortues, impliquant sept suspects, aura lieu ce jour au Tribunal de première instance d’ Anosy.

Tant attendue et très suivie, l’audience de ce jour marquera à jamais l’histoire de la lutte contre le trafic et l’importation d’animaux menacés d’extinction. Il faut reconnaître en effet qu’auparavant, les trafiquants n’ont reçu qu’une condamnation trop légère. Cette fois-ci, des organismes internationaux et  nationaux militant pour la protection de l’environnement ont suivi l’affaire de près.

Lors d’une rencontre avec la presse, Bertillon Randrianirina, juriste au sein de l’Alliance Voahary Gasy, a réclamé l’implication des autorités aussi bien administratives que judiciaires dans l’application stricte de la loi.

« La loi sur les faunes et flores à Madagascar et surtout les articles 30 à 34 de la loi 2005-018 de la Convention sur le commerce international de faunes et flores sauvages menacées d’extinction ou la Cites prévoient des sanctions très sévères à l’encontre des trafiquants internationaux. Même s’il s’agit d’une tentative, les suspects encourent 2 à 10 ans d’emprisonnement et une amende de 100 à 200 millions d’ariary ou l’une de ces deux peines seulement », a-t-il expliqué.

Collaboration étroite

De son côté, Joely Razakarivony, coordonnateur du projet Alarm (Application de la loi contre les abus sur les ressources à Madagascar), a indiqué que l’Administration, la justice, les sociétés civiles et la population doivent se donner la main et collaborer étroitement afin de lutter efficacement contre ce fléau.

Le 22 septembre dernier, cinq contrebandiers sont tombés dans les filets de la gendarmerie, alors qu’ils donnaient rendez-vous avec leur «client» dans une chambre d’hôtel à Antsahamanitra. L’opération a également permis de mettre la main sur 198 tortues, type Astrochelys radiata.

Notons au passage que le tribunal prononcera également ce jour sa décision sur la saisie de 227 bébés tortues, le 28 septembre dernier à Andranomena.

Mparany

 

Les commentaires sont fermées.