Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans : encore la question des graphites (1)

Dans sa séance du 26 août dernier, la Chambre des Mines de la Colonie, entre autres questions des plus intéressantes, s’est occupée de l’interdiction d’exporter aux États-Unis le graphite de Madagascar.

Nous avions déjà signalé le grave préjudice causé par cette interdiction aux exploitants de graphite de la colonie, et nous avions fait connaître les causes peu avouables de cette interdiction. La Chambre des Mines insiste sur la gravité de ce préjudice ; mais elle passe sous silence les causes que nous avions dénoncées.

Patriotiquement, elle fait ressortir que tous les exploitants de graphite sont parfaitement d’accord pour réserver, – d’abord et avant tout, – à la France et à ses alliés les stocks qui leur sont nécessaires. Il est à peine besoin de dire que nous sommes tous d’accord sur ce point.

Mais où notre manière de voir diffère considérablement de celle de la Chambre des Mines, c’est lorsque celle-ci déclare que la France et ses alliés n’absorbent qu’une faible partie de notre production. Elle ajoute que par suite les exploitants de la colonie devraient donc pouvoir légitimement disposer du surplus de leur production, et la Chambre des Mines ne voit d’autre pays d’exportation que le pays neutre des États-Unis.

Que fait-elle des alliés ? Nous mettons de côté l’Angleterre qui, par ses colonies, produit à elle seule de quoi fournir du graphite à toutes les autres nations.

Nous mettons également de côté l’Italie qui ne peut être pour nous un acheteur important.

Mais que dites-vous de la Russie et du Japon ? Ce sont des alliés ceux-là, et même des alliés des plus sérieux. Ils en donnent une preuve palpable à l’heure présente. Dans le Japon, 1 200 usines, occupant plus de 100 000 ouvriers, fournissant depuis longtemps, et exclusivement, aux Russes les munitions qui leur ont permis de réparer leurs désastres et de reprendre leur marche en avant.

Cependant, malgré la certitude que nos graphites ne serviraient pas à nos ennemis, il nous est impossible de leur en livrer une seule tonne.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.