Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Gestion des déchets médicaux : les normes ne sont pas respectées

Gestion des déchets médicaux : les normes ne sont pas respectées

Le respect des normes reste un défi. La gestion des déchets médicaux n’est pas optimale dans bon nombre de centres de santé, aussi bien publics que privés à travers le pays. Le ministère de la Santé vient d’élaborer un guide technique, en vue de renverser cette tendance.

Le problème n’est pas du tout d’ordre matériel. Près de 90% des formations sanitaires publiques, au nombre de 2.500 à travers le pays,  disposent au moins d’une fosse sécurisée qui sert à  enfouir les déchets des hôpitaux, mais une bonne partie d’entre elles ne respecte pas les normes requises.

« Faire respecter ces  normes, en vue de réduire les risques sanitaires et environnementaux, liés à la mauvaise gestion des déchets, est un challenge pour le ministère de la Santé ». C’est ce qu’a souligné le chef de service santé et de l’environnement (SSenv), Venance Tata,  lors d’un atelier de validation du guide technique de gestion des déchets médicaux, hier, à l’hôtel Le Pavé à Antaninarenina.

« Classés tous toxiques, ces déchets biologiques, pharmaceutiques, radioactifs et chimiques… ne sont pas recyclables, alors qu’on ne manque pas de trouver sur le marché de brocante, notamment dans la capitale, des revendeurs de flacons de médicaments    ou encore des seringues usagées… », a fait remarquer notre source.  L’accès des récupérateurs informels à ces déchets est une preuve de plus attestant le manque de professionnalisme de certains centres de santé dans leur gestion.

Renforcement de capacités

Ce guide technique constitue un outil indispensable pour accompagner les différents établissements sanitaires à travers le pays à gérer efficacement leurs déchets. Ce, conformément à la Politique nationale de gestion des déchets de soins, qui vient d’être réactualisée l’année dernière. Le SSenv s’attelle, d’ores et déjà, à l’élaboration du curricula de formation relatif à l’utilisation de ce guide. En attendant, 567 agents de santé ont été formés sur la question.

La dotation et la réhabilitation des équipements d’élimination des déchets dans les formations sanitaires constituent également une priorité pour le ministère de la Santé. Pour cette année, quatre Centres hospitaliers de districts (CHDR) ont été dotés d’incinérateurs; des fosses sécurisées aux normes ont été implantées dans 311 Centres de santé de base (CSB); des poubelles et des outils de gestion ont été offerts pour 347 CSB.

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.