Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

CJSOI : un échange culturel autour de la danse

CJSOI : un échange culturel autour de la danse

Dans le cadre de la 10ème édition des Jeux de la Commission de la jeunesse et des sports de l’océan Indien (CSJOI), un concours de danse traditionnelle s’est tenu, hier, au CEMDLAC Analakely. Ainsi, la culture de chaque pays participant a été présentée.

La 10ème édition des CJSOI se termine ce jour. Tous les participants ainsi que le public se sont déclarés satisfaits, du moins sur le plan culturel. Parmi les moments forts de l’ événement, hier a été le concours de danse traditionnelle au CEMDLAC Analakely. L’ objectif n’a pas été seulement de démontrer qui est le meilleur groupe de danse mais aussi et surtout, de dévoiler certains aspects culturels de chaque pays.

« Je suis un danseur venu spécialement de Toamasina. Je fais partie de l’équipe Madagascar. Dans un premier temps, nous allons présenter à travers une pièce tous les types de danses de chaque région, ensuite, faire connaître au public le kawitry », a déclaré Lario Amedy Intsiraka. Ce dernier âgé de 16 ans a pu intégrer l’équipe nationale après avoir participé à un concours de danse. Il est arrivé dans la capitale, le 1er juillet dernier. Depuis, le groupe a commencé à s’entrainer en vue de ce grand concours.

Un spectacle haut en couleurs

Le spectacle fut ainsi à la fois riche en couleurs et en découvertes. « C’est la première fois que je vois et que j’entends le son de cet instrument traditionnel comorien appelé « la machévé ». En tant qu’amateur de danse, cela nous inspire », a notamment souligné un spectateur. Au fait, la machévé est une sorte de petite percussion constituée d’une pièce en vannerie à porter aux chevilles…

En revanche, force a été de constater que les tenues traditionnelles présentent plusieurs ressemblances, comme les masonjoany ou encore les lambahoany… La rencontre a par la suite été constituée d’échanges. « Seulement, la barrière linguistique reste toujours importante et constitue parfois une limite pour pouvoir bien profiter d’une telle opportunité », a conclu notre interlocuteur.

 Holy Danielle

 

Les commentaires sont fermées.