Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

La houille blanche à Madagascar (1)

À mainte reprise, nous avons attiré l’attention de nos lecteurs sur la question de la houille blanche dans la Grande Île.

Depuis que de nouvelles inventions ont permis d’utiliser les chutes d’eau pour faire de l’électricité, et que le transport de cette force motrice à distance est chose aisée, l’attention publique s’est de plus en plus passionnée pour la houille blanche. Cette dernière est presque la seule force pratiquement utilisable dans un pays comme Madagascar, où il est impossible d’amener le charbon loin des ports.

Tout le développement industriel de Madagascar est lié à l’utilisation des chutes d’eau et les questions si essentielles, pour un pays neuf, d’éclairage et de transport ne seront résolues de la meilleure façon que par leur emploi.

Mais il ne faudrait pas croire que l’industrie fût seule appelée à profiter de la houille blanche.

En matière économique tout s’enchaîne : l’agriculture en bénéficiera à son tour dans une large mesure, principalement grâce aux chemins de fer qui lui permettront d’augmenter sa production et écoulant ses produits soit bruts, soit déjà transformés.

Un exemple montrera mieux le caractère d’intérêt général de l’utilisation des chutes d’eau.

Mais l’exportation par chemin de fer est beaucoup plus profitable lorsque les produits bruts ont subi une simple transformation : par exemple, le blé transformé en farine ; les cocons, en soie grège ; les viandes, en conserves frigorifiées.

Les industries qui produisent ces transformations sont fort simples, mais nécessitent une force motrice fournie par la houille blanche.

Il faut pour cela une réglementation des eaux.

On sait qu’en France, la législation est si imparfaite sur ce point qu’elle entrave l’essor de certaines régions. Le gouvernement de Madagascar doit donc bien se garder de suivre la métropole dans cette voie, ce qui lui est relativement facile.

Les rivières françaises ne font partie du domaine public qu’à partir du point où elles sont navigables. En dehors de cette partie, comme pour tous les ruisseaux non flottables, les rives appartiennent aux particuliers, dont les prétentions exorbitantes, jointes au manque constant d’entente entre riverains voisins, empêchent toute industrie de s’établir sur les rives, ou bien de transmettre la force motrice au loin.

(À suivre.)

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.