Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Livre : le passé d’Alphonse Rakotonirainy resurgit

Livre  : le passé d’Alphonse Rakotonirainy resurgit

40 ans après le crash d’un hélicoptère à Ankazomiriotra, conduisant la mort de 7 personnalités politiques, dont le lieutenant-colonel Alphonse Rakotonirainy, le flou plane toujours autour de la cause de ce tragique accident.

La fille ainée d’Alphonse Rakotonirainy,  Malalanirina Rakotonirainy, essaie d’apporter un éclaircissement à l’occasion de la sortie de son livre, «L’Arbre de la Vie, le passé recomposé du Colonel Alphonse Rakotonirainy».

«Dans ce livre, j’ai tenté de dresser un portrait d’ Alphonse Rakotonirainy, pour essayer de comprendre son parcours, ses choix, et éclairer en conséquence une partie de l’histoire sur cet accident qui lui a coûté la vie», explique Malalanirina Rakotonirainy avant d’enchaîner que «ce livre n’est ni une œuvre historique ni universitaire et encore moins politique. C’est l’hommage d’une fille à son père, un devoir de mémoire pour la famille et les amis que ce drame a laissé orphelins d’un être exceptionnel».

Qu’importe…

Outre le ministre du Développement rural et de la réforme agraire, le lieutenant-colonel Alphonse Rakotonirainy, le chef du Gouvernement et des officiers supérieurs de l’ Armée malgache ont également péri dans ce tragique accident. Et visiblement, Malalanirina Rakotonirainy n’a pas mâché ses mots pour fustiger le régime à l’époque.  «Que l’accident de l’Alouette III de 1976 soit d’origine mécanique, humaine ou criminelle, qu’importe, il survient opportunément car, pour toute belle révolution, son édification avait besoin du sang immaculé de martyrs pour exalter le patriotisme du peuple, qui va ainsi, et comme un seul homme, s’unir dans la douleur, en ce moment tragique de la vie de la Nation. Dans ce contexte, le drame familial devient alors national», note en substance l’auteure. Notons au passage qu’un  livret et un film-documentaire à son sujet ont également été réalisés.

Dans la foulée, plusieurs activités seront programmées, ce mois-ci, pour marquer d’une pierre blanche cette date historique. On notera, tout particulièrement, l’inauguration d’une médiathèque au camp de Fiadanana et une séance de dépôt de gerbe prévue se tenir, le 30 juillet, au Mausolée.

Joachin Michaël

 

Les commentaires sont fermées.