Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Programme WAVES avec la Banque Mondiale à Anosy le 28 Juin 2016

Programme WAVES avec la Banque Mondiale à Anosy le 28 Juin 2016

Programme WAVES avec la Banque Mondiale à Anosy le 28 Juin 2016

Antananarivo, 28 juin 2016 – Intégrer la valeur du capital naturel dans la comptabilité nationale et dans le processus de planification du développement de Madagascar : c’est l’objectif du programme de Comptabilisation des Richesses Naturelles et la Valorisation des Services Ecosystémiques (Wealth Accounting and Valuation of Ecosystem Services ou WAVES).

Madagascar est l’un des cinq pays pilotes de ce programme qui est réalisé en partenariat avec la Banque Mondiale et le Ministère du Plan et de l’Economie. L’Etat Malagasy contribue à hauteur de 500 000 dollars pour la réalisation de cet engagement national. L’enjeu : développer  des mécanismes de décisions politiques propices à une utilisation équitable et durable des ressources naturelles du pays.

Des apports directs du capital naturel à la richesse économique

Madagascar est riche de son capital naturel qui représente 50% de sa richesse totale. Le développement durable du pays reste ainsi tributaire de la bonne gestion de ces ressources naturelles. En effet, ces dernières contribuent directement à la richesse économique de Madagascar, à travers les exportations, l’emploi, les revenus, les recettes publiques.

Le secteur primaire qui comprend l’agriculture, l’élevage, la pêche et la forêt représentent 25,7% du PIB national. La contribution du secteur forestier a nettement augmenté avec une croissance annuelle de 30,4% entre 2008 et 2010. Le tourisme, à travers l’ensemble du réseau des aires protégées, peuvent rapporter quelques 28 millions de dollars par an. Les investissements dans le secteur minier représentent plus de 65% de PIB au cours de ces dernières années. Les produits exportés par ces opérations contribueront entre 30 à 60% du revenu national d’exportation et enregistreront une hausse de 1% à 18% des revenus fiscaux en 2018. La contribution du capital naturel dans l’économie nationale est ainsi assez conséquente. En effet, si la richesse totale de Madagascar est estimée 6.500 USD par habitant en 2014, 36% de cette contribution sont fournis par le capital naturel.

Vers une stratégie durable

Cependant, c’est un stock de richesses en déclin. Le taux d’Epargne Nette Ajustée a régressé de plus de 50% de 2008 à 2014, signe que la richesse nationale du pays est profondément menacée et que le capital naturel s’épuise rapidement.

Madagascar a grand besoin d’une stratégie solide capable d’assurer une exploitation rationnelle des ressources naturelles, de politiques d’investissement aptes à utiliser la rente pour produire des gains durables. Enfin, la mise en place d’un cadre juridique et institutionnel favorable à l’utilisation rationnelle et durable des sols est inéluctable. Les informations et résultats statistiques récoltés à travers la comptabilisation du capital naturel pourront être utilisés pour répondre à cette urgence et développer des mécanismes propices à une utilisation équitable et durable des ressources naturelles.

Les commentaires sont fermées.