Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Syndicat et l’éducation : sit-in devant le MFB hier

Syndicat et l’éducation : sit-in devant le MFB hier

Aucune entente n’a été trouvée jusqu’ici. La corde devient ainsi raide entre la Plateforme syndicale de l’Education et le ministère des Finances et du budget (MFB). Il semble que ce département ministériel évite d’aborder la question relative aux revendications de cette plateforme concernant la révision des indemnités des enseignants et du personnel administratif du ministère de  l’Education nationale (Men) à la hausse, objet des  revendications.

Raison pour laquelle, aucune entente n’est jusqu’ici trouvée entre les deux parties puisque les vrais dialogues qui conditionnaient la décision des membres de la plateforme de ne pas se lancer dans la grève après l’ultimatum d’une semaine lancé la semaine dernière,  n’ont pas eu lieu. «Le MFB a fait faux bond lors des différentes rendez-vous fixés depuis avant-hier pour discuter de ce sujet», a souligné le SG du Syndicat des travailleurs de l’éducation de Madagascar (SYTEM), Besa Josefa Rakotondraibe, hier, lorsque les membres de cette plateforme ont effectué un sit-in devant le MFB sis à Antaninarenina.

«Une telle ignorance a été à l’origine de cette manifestation à laquelle les membres de la plateforme dans les provinces ont également adhéré, en vue d’attirer l’attention des responsables compétents», a indiqué notre source, qui éritent pour le moment de parler de grève. Quoi qu’il en soit, une telle éventualité n’est pas à écarter surtout que la rencontre prévue hier après-midi, entre les représentants du ministère de la Fonction publique, le Men, le MFB et la plateforme syndicale de l’Education n’a abouti à rien de concret. Il paraît que les représentants du MFB n’ont pas eu la capacité de décider quoi que ce soit sur cette affaire. Ainsi, à peine commencée, la réunion a été suspendue. Affaire à suivre.

Fahranarison

Les commentaires sont fermées.