Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Projet lalankely : plus de 90% des travaux réalisés

La mobilité au niveau des quartiers populaires d’Antananarivo, c’est le principal thème du projet Lalankely. Plus de 90% des travaux prévus dans  cette deuxième phase sont achevés.

« 98% des travaux prévus dans la deuxième phase du projet Lalankely sont achevés en ce moment », a déclaré,  hier, Mihary Ramaroson, chef de service de la promotion de l’Habitat auprès du M2pate. Lancé en 2012, ce projet consiste en l’aménagement urbain c’est-à-dire,  en la réalisation des travaux de construction ou de réhabilitation des infrastructures sociales de base (ruelles, bassins, blocs sanitaires…)  au niveau des quartiers. Ce,  afin de faciliter la mobilité dans les quartiers.

Mené par le ministère auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2pate), le projet Lalankely bénéficie de l’appui technique et financier de l’Agence française de développement (AFD).

Cette deuxième phase du projet concerne notamment 74 fokontany issus des 6 arrondissements de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) et de 14 autres communes périphériques.  Au total, 168 infrastructures sociales de base (voie carrossable, ruelles, lavoirs, bornes-fontaines et blocs sanitaires), ont été réalisées.  Ces fokontany ont été identifiés  sur la base de critère de densité (300 habitants par ha) et sur la base de critère de pauvreté.

Sur le site d’Ankazomanga Nord où habitent 4 400 habitants sur une superficie de 37 ha, le fokontany a bénéficié d’un bassin, d’un bloc sanitaire, et une ruelle de près d’1 km a été réhabilitée pour faciliter la circulation des habitants. La salubrité du quartier reste toutefois un problème majeur, vu que les canaux d’évacuation risquent d’être bouchés, particulièrement durant les périodes de pluie.

Un problème irrésolu

Lors de la descente sur les lieux effectuée par l’équipe de l’AFD et de la CUA à Ankazomanga, hier, la maire de la ville Lalao Ravalomanana a beaucoup insisté sur l’entretien de ces infrastructures. « La prise de responsabilité des habitants bénéficiaires est primordiale. Les chefs de fokontany doivent donner des ordres sur la maintenance de ces infrastructures », a-t-elle souligné. Mais les habitants d’Ankazomanga font, entre autres, toujours face à un autre problème de taille, comme la coupure fréquente de l’eau qui fait obstacle au bon fonctionnement des lavoirs et des blocs sanitaires.

D’après Jean Claude Naudet, directeur général de l’AFD, «  le manque d’infrastructures, en particulier dans les quartiers populaires d’Antananarivo, est un problème irrésolu. Il existe deux façons pour résoudre ce problème, soit à travers un plan d’urbanisme, soit à travers une viabilisation à posteriori. Pour le cas d’Antananarivo, il est nécessaire de tenir compte de l’existence de toutes  les infrastructures déjà en place et les patrimoines culturels de la ville ».

La troisième phase du projet Lalankely est en discussion en ce  moment, ce dernier devrait démarrer l’année prochaine, à en croire Jean Claude Naudet. Selon ses dires, «  on va travailler plus sur les questions d’assainissement et d’éclairage public dans cette troisième phase ». La première phase du projet a bénéficié d’un financement de 9 millions d’euros de l’AFD, 5 millions d’euros pour la deuxième phase et un financement de 15 millions d’euros est prévu pour la troisième phase de ce projet.

Riana R.

Les commentaires sont fermées.