Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans : le carnet d’un boto de pousse-pousse

Mon vieux copain «Spectateur», qui a fait dans La Dépêche le compte-rendu du concert de samedi dernier, vient de prendre quelque chose pour son rhume pendant près d’une semaine ; il n’a plu à personne, il en est navré, et quoiqu’il en soit chargé par notre Directeur commun il n’en veut rien savoir, pour assister à la soirée malgache de demain. Je ne veux pas que nos lecteurs y perdent, aussi j’ai résolu de leur faire dès aujourd’hui, à l’avance, un compte-rendu qui pourra satisfaire les plus difficiles :

« Nos oreilles et nos yeux sont encore sous le charme ; cette soirée fut un triomphe ; nous avons ri et pleuré ; les artistes furent tous incomparables, même les figurants, c’est une troupe d’élite qui ne serait déplacée sur aucune scène de nos grands théâtres de la… Colonie. Je ne féliciterai personne en particulier, car je n’ai pas vu le programme et je ne connais pas les noms des artistes. Je leur dis à tous, continuez. Je pourrais, moi aussi, continuer comme cela pendant plusieurs colonnes, mais la place me manque, je m’arrête bien à regret.

« J’oubliais la salle, ce fut la cohue des grands jours, l’avalanche ; la police dut renoncer à organiser un service d’ordre ; des enfants furent étouffés, des femmes piétinées ; les morts et les blessés se portent bien. »

Voilà, mon vieux «Spectateur», prends modèle.

Sarah B.

La Dépêche malgache

Un joli trait de M. Garbit

Un brave colon malgache, ayant la cinquantaine, M. Bontoux, s’était engagé pour la durée de la guerre, et dut être évacué du front après avoir fait bravement son devoir. Il est revenu dans sa chère colonie et, dès qu’il eut appris son retour, M. Garbit, gouverneur général de Madagascar, s’est empressé de lui faire parvenir ses félicitations.

Générositémalgache

Les habitants du district d’Ambato-Boeni (Maevatanana) ont offert pour les souscriptions en faveur des œuvres de la guerre 3 189 bœufs.

Nous apprenons [par ailleurs] que le personnel des P. T. T. de Maevatanana, sous la conduite de M. C. Véron, receveur, a donné une brillante soirée théâtrale à l’occasion de la Journée du Poilu. Cette soirée a obtenu un succès inattendu. La recette brute a été de 425 fr. 25.

Félicitations des plus chaleureuses aux P. T. T. de Maevatanana.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

Les commentaires sont fermées.