Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Travailleurs domestiques : le gel de la migration à l’étranger levé

Travailleurs domestiques : le gel de la migration à l’étranger levé

De la réjouissance pour ceux qui rêvent d’un avenir meilleur avec une possibilité de salaire plus attractif en dehors de la Grande île. En fait, le gel d’envoi de travailleurs domestiques à l’étranger, depuis 2013, vient d’être levé par le Gouvernement. Une mesure qui s’accompagne de conditions strictes, en vue d’optimiser la protection des droits des intéressés.

Pour que les opportunités d’emplois à l’étranger ne soient pas encore  ignorées durant les années à venir, le ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (MEETFP) a pris les choses en main, avec l’appui des partenaires techniques et financiers (PTF). Après quelques mois de concertations entres les parties prenantes, l’envoi de chercheurs d’emplois à l’étranger a repris. L’annonce a été faite, hier, par la ministre de tutelle, Marie Lydia Toto Raharimalala, lors d’une rencontre avec la presse à Ampefiloha.

«Le départ de la première vague des travailleurs concernés par cette mesure n’attend plus que le règlement de quelques démarches administratives». C’est ce qu’a informé, hier, le directeur général de la promotion de l’Emploi eu sein du ministère de tutelle, Noëlson Rabearivelo, en marge d’une cérémonie qui s’est déroulée à Ampefiloha. Les pays de destination sont pour le moment limités à ceux qui ont ratifié les conventions internationales sur les droits des travailleurs migrants. Les pays qui ont la cote, en ce moment sont les Seychelles, l’île Maurice et Hong Kong. Selon notre source, les secteurs d’activités concernent pour le moment le travail domestique, le travail dans le domaine du textile et de l’habillement ou encore l’agro-alimentaire. Mais l’Etat compte  étendre les contrats avec les pays d’accueil au profit des ouvriers spécialisés ou encore des ingénieurs.

Les agences de placement soumises à des critères stricts

Puisque le MEETFP ambitionne de réorganiser ce secteur, des conditions strictes, conformément aux nouvelles dispositions dans le cadre d’envoi de travailleurs malgaches à l’extérieur, sont imposées aux agences de placement voulant se lancer dans cette opportunité d’affaire. Celles-ci concernent notamment  le renouvellement des agréments de ces agences à travers une foison de 26 dossiers à fournir et à remplir et aussi l’obligation de visite sur terrain du siège de ladite agence dûment enregistré. En outre, mis à part le partenariat qui devrait être conclu entre les agences de placement locale et à l’étranger, ainsi que l’employeur, les dossiers de chaque travailleur malgache voulant conclure un contrat à l’étranger doivent être visés auprès de son fokontany d’origine. Il a été également convenu que les agences ne doivent soutirer aucuns frais aux travailleurs. Selon les informations, ces derniers rapportent déjà près de 450 dollars par travailleur auprès des pays d’accueil.

Seuls 11 sur les plus de 40 agences existantes sont prêtes à se soumettre à cette panoplie de conditions à respecter. Actuellement, neuf sur ces 11 agences ont effectivement rempli leurs dossiers.

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.