Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans : une enquête sur les sauterelles (1)

À la suite de la circulaire du Gouverneur général en date du 10 mai 1913, il a été procédé, à Madagascar, à une enquête sur les origines, les variétés, les mœurs et les migrations des sauterelles.

Par suite de la mobilisation de la plupart de ses agents, la méthode d’enquête que s’était imposée le service de colonisation n’a pu être complètement suivie et donner les résultats que l’on était en droit d’attendre.

Les documents fournis principalement par les fonctionnaires indigènes et réunis par les chefs de circonscription ne témoignent pas d’observations nouvelles.

Les indications données par l’ensemble des cartes postales sont plus précises. Elles ont permis de dresser une carte des régions visitées, sur laquelle ont été consignés tous les renseignements recueillis de mai 1913 à février 1914.

Il semble permis de conclure de ceux-ci que les grands vols d’insectes parfaits disparaissent vers la fin de la saison sèche. Au début des pluies, apparaissent les premiers

criquets ? Proviennent-ils de pontes de l’hivernage précédent ou de pontes faites dans la

saison même ? C’est ce qu’il est encore difficile de préciser. Dans les vols, les mâles paraissent toujours se distinguer facilement des femelles, tant par la couleur de leur livrée que par leur forme. Il semble y avoir deux périodes d’accouplement suivies de deux pontes à chaque saison des pluies, l’une au mois de novembre, l’autre après février.

La sauterelle malgache se rattache au genre de « Stauronotis » ; elle diffère des acridiens qui exercent leurs ravages en Algérie et se rapprocherait, par ses mœurs, de la sauterelle connue en Nouvelle- Calédonie.

  1. Carle, chef du service de colonisation, a rédigé, sur les moyens à employer pour détruire les sauterelles dans la Grande Île, une note que publie l’Officiel du 11 mars 1916 et dont nous reproduisons ici l’essentiel :

Jusqu’ici, à Madagascar, la lutte contre les sauterelles n’a jamais eu d’effet sérieux, parce qu’elle n’a jamais été organisée, généralisée ; qu’aucune méthode n’a été arrêtée ; c’est ce à quoi l’arrêté du 5 octobre 1915 tend à remédier.

(À suivre.)

Les Annales coloniales

www.bibliothequemalgache.com

 

Les commentaires sont fermées.