Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Commerce de bois précieux : la Cites exige l’application des sanctions

Commerce de bois précieux  : la Cites exige l’application des sanctions

La représentante de la Cites, Milena Sosa Schmidt,  est  de passage à Madagascar. Sa mission entre dans le cadre de la validation du plan d’action du pays sur la gestion des bois précieux. Ce, afin de valider le dossier de la Grande île.

Le sort du commerce des bois précieux  de  Madagascar devant l’instance internationale de commerce des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (Cites) dépendra des actions du pays en matière de gestion des bois précieux. Milena Sosa Schmidt, représentante de cette instance, est justement de passage au pays pour assister à la validation du plan d’action du pays sur la gestion de ces richesses naturelles qui s’est déroulée au Carlton à Anosy, hier.

Cette responsable d’expliquer que « l’application des sanctions concernant ceux qui ont commis des activités illicites sur la coupe et l’exportation de bois précieux de Madagascar, constitue l’une des grandes préoccupations de la Cites ». Ce, comme pour indiquer les recommandations de cette instance afin qu’elle puisse valider le dossier de la Grande île rejeté au début de l’année, lors de la prochaine réunion du comité permanent de la Cites.

Dans ce rapport rejeté, présenté en janvier, Madagascar aurait oublié, souligne cette responsable, de mentionner les autres bois précieux, à l’instar de l’ébène et du palissandre.  « Des bois inclus dans l’annexe de la Cites, dont cinq genres seulement concernent le bois de rose sur les 45 cités. On ne parle pas du palissandres, or, nous savons qu’il se passe quelque chose. Il faut donc penser à combler ces lacunes », a-t-elle indiqué. En effet, Madagascar n’a parlé uniquement que des bois de rose dans le dossier, selon ses précisions.

Milena Sosa Schmidt de noter que, malgré tout, « la Cites salue l’initiative et l’effort que le pays avait entamés dans le contrôle du commerce de bois précieux ». Elle précise alors que « L’objectif primordial de la Cites est de ne jamais bannir ni suspendre les commerces. Au contraire, elle appuie les efforts des pays allant dans ce sens pour qu’il y ait seulement contrôle des ventes ».

Cette responsable auprès de la Cites devra faire son rapport au secrétaire de cette instance  internationale après sa mission à Madagascar d’ici  au  mois de juillet et lors de la réunion du comité permanant de la Convention qui va se dérouler vers la fin du mois de septembre en Afrique du Sud.

 Sera R

 

Les commentaires sont fermées.