Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Spectateurs ébaubis

Spectateurs ébaubis

A qui profite cela ? C’est la question que l’on se pose face notamment à la situation actuelle qui prévaut dans le pays. Une situation pourtant difficile à décrire, parce qu’elle est tellement vécue au quotidien, par les citoyens, non-acteurs de la politique, qui ne trouvent finalement plus les mots pour décrire leurs maux.

A l’Assemblée nationale, l’on évoque pour la énième fois la destitution du bureau permanent, tout en maintenant en veille la question de motion de censure à l’encontre du gouvernement. La première serait une manipulation politique du parti au pouvoir qui veut avoir carte blanche sur toutes les institutions, selon les analyses des autres. La deuxième, par contre, est un projet des partis de l’opposition activistes qui ne cessent de réclamer la nécessité de changement sans mettre pour autant en œuvre des actions concrètes pour y parvenir.

Pas plus tard qu’avant-hier, l’on a longuement parlé d’une alerte, voire une fausse alerte au coup d’Etat, ayant conduit au renforcement de la sécurité des chaînes nationales (TVM et RNM), ainsi que des quartiers jugés stratégiques de la capitale. A cela s’ajoute la psychose suscitée par les incendies qui se multiplient dans la ville et les détonations bizarres, inexpliquées de ces derniers temps. Des actes de déstabilisation orchestrés par une autre aile agressive de l’opposition, dit le régime, qui se voit accuser de manipulation par cette opposition.

Mais il n’y a pas que ce tour de passe-passe entre l’opposition et le régime. Il y a également ceux qui cherchent à se frayer un chemin dans toutes les voies possibles pour accabler les uns et terrasser les autres. C’est le cas de l’ancien Président Marc Ravalomanana qui se sert de sa ruse, profitant de l’insuffisance d’emplois dans le pays,  pour relancer ses propres entreprises, au sens large du terme, en manipulant les chômeurs avec les offres d’emploi fictives pour des sociétés dont la réouverture n’est pas encore pour demain la veille. Mais tout cela, dans le but de rouler le régime en l’attaquant sur ses points les plus faibles.

Dans ces manœuvres de toutes parts, la place occupée par la population est tantôt claire, tantôt non définie. Elle reste certes spectateurs ébaubis de toutes ces scènes, voire mises en scène, mais croyons-nous, comme à l’accoutumée, elle restera toujours la première victime des bavures et la première à en subir les conséquences quoi qu’il adviendra de tous les coups, s’ils foirent ou s’ils réussissent.

Vonjy M.

Les commentaires sont fermées.