Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Que des menaces en l’air

Que des menaces en l’air

A mi-mandat, des députés s’obstinent à ne pas effectuer leur déclaration de patrimoine, un devoir et non moins une obligation fixée par la Constitution. Face à cela, la Haute cour constitutionnelle n’a d’autre réaction que de brandir des sanctions alors qu’on attend surtout d’elle une prise de décisions fermes ou des mesures correctives allant dans ce sens. Au vu pourtant de ce qui se passe  actuellement, l’on a tendance à croire que cette instance va dans le sens de la tolérance, voire favorise même les actes anticonstitutionnels du genre.

Ce n’est fort heureusement pas le premier acte anticonstitutionnel que l’on considère avoir été cautionné par les juges de la Haute cour, commis, entre autres, durant le régime actuel. Voilà pourquoi, et peut-être bien, Ambohidahy ne se presse pas de trancher vis-à-vis des élus récalcitrants. Parce qu’en dépit de la flagrance du délit, son discours reste toujours le même depuis qu’on a évoqué cette insensibilité des élus envers l’application de cette loi en vigueur. Ce sont en fait des menaces en l’air qui n’inquiètent personne.

Est-ce difficile d’appliquer à la lettre la Constitution pour ceux qui siègent à la Haute cour constitutionnelle ? La réponse devrait être «non» dans la mesure où ces soi-disant constitutionnalistes de la Haute cour ne se sentent redevables envers qui que ce soit, indépendants et impartiaux par rapport à leurs décisions. Pourtant, la neutralité et l’équité sont difficiles à garder lorsque l’on se perd dans le souci des avantages et intérêts offerts par un poste donné, s’agissant notamment d’une place stratégique et hautement liée à la politique.

Face à la faiblesse de cette instance suprême de veille à l’’application et au respect de la Constitution, doublée par la très mauvaise réputation de la Justice en matière de corruption, le pays reste très fragile en matière de sécurité et de légalité. Résultats de course, la population perd non seulement le Nord, mais aussi la considération qu’elle avait envers les dirigeants, tout comme elle manque également et cruellement de confiance envers la Justice en général et perd sa foi en la Constitution.

Et si l’on a souvent l’impression que rien ne va, en plus de la pauvreté qui fait peser davantage son poids, au fur et à mesure que l’on cherche à entreprendre un changement, dans l’espoir d’un avenir meilleur, et que l’anarchie règne toujours de partout, c’est tout simplement parce qu’il n’y a pas de respect envers  la Constitution et que la Justice a toujours été loin d’être juste.

Vonjy M.

 

Les commentaires sont fermées.