Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

44 ans après, toute manifestation interdite

44 ans après, toute manifestation interdite

En raison des rumeurs de coup d’Etat qui se font insistantes ces derniers temps, toute manifestation sera interdite ce jour. La commémoration des événements du 13 mai 1972 sera ainsi réduite à de simples dépôts de fleurs sur la place du même nom à Analakely sous l’œil vigilant des forces de l’ordre.

Comme l’ont précisé les responsables depuis le début de cette semaine et jusqu’à hier encore, toute manifestation reste interdite ce jour dans le cadre du 44è anniversaire de la première révolution populaire à Madagascar. « Cependant, les dépôts de gerbes restent tolérables à condition qu’ils ne fassent pas l’objet d’un rassemblement quelconque », a fait savoir le commandant de la CIRGN, le général Florens Rakotomahanina, ainsi que le Préfet de police, Robert Randriamanjarisoa, hier à Ankadilalana. Toutefois, tous ceux qui souhaitent y procéder devront en informer les forces de l’ordre déjà postées aux alentours. « Les informations sont encore à recouper mais nous avons entendu certaines informations faisant état de troubles pour demain (ce jour, ndlr) ».

« C’est pour cette raison que nous avons pris ces dispositions », a indiqué pour sa part le colonel Zafisambatra Ravoavy. Ce dernier de préciser qu’aucun débordement ne sera toléré, d’autant plus qu’aucune demande d’autorisation de manifester n’a été déposée auprès de la préfecture de police. « Nous n’hésiterons pas à procéder à des arrestations au cas où certains individus tentent de semer le trouble », a-t-il martelé. Plusieurs éléments des forces de l’ordre feront ainsi la ronde autour des zones sensibles comme la place du 13 mai ou encore celle d’Ambohijatovo.

Tensions

Si tout se passe comme le souhaitent les forces de l’ordre, la commémoration de ce jour devrait se passer dans le calme vu que seuls les dépôts de gerbes seront autorisés. Dans tous les cas, certaines personnalités fidèles à la commémoration du 13 mai ont déjà confirmé leur présence. Cela à l’instar de Me Willy Razafinjatovo alias Olala, qui a indiqué qu’il sera sur place avec ou sans l’autorisation des forces de l’ordre. Il en est de même de l’ancien membre du conseil supérieur de la Transition, Alain Ramaroson.

Quoi qu’il en soit, la psychose autour de cette journée s’avère justifiée étant donné que la semaine a été marquée par la formation de plusieurs foyers de tension, non seulement avec la visite du secrétaire général de l’Onu, mais aussi la série de grèves qui n’en finissent pas. Pas plus tard que lundi dernier, le mouvement « Afo sendikaly » avait lancé un ultimatum de 72h à l’Etat pour résoudre tous les problèmes syndicaux sous peine de bloquer la machine administrative. Comme le délai a expiré hier vendredi, les forces de l’ordre sont aux aguets.

Tahina Navalona

 

Les commentaires sont fermées.