Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Politique d’urgence

Politique d’urgence

Généralisée au sens propre du terme, la politique de l’Etat manque de précisions, d’indications et de détails relatifs à sa concrétisation. A court, moyen ou à long terme ? A quel montant s’élève le budget nécessaire ? Tant de questions restent sans réponse adéquate sur la politique générale de l’Etat (PGE). Et il y a de quoi donner raison à ceux qui ne croient pas à la réussite de ce gouvernement. Il suffit de regarder la réalité en face pour mettre en plan une politique réaliste et réalisable conforme aux attentes de la population, soulignent quelques-uns. Ainsi, à peine présentée, la politique générale de l’Etat a reçu de vives critiques, et ce au moment où le Secrétaire général des Nations unies, Ba Ki-moon est en visite à Madagascar.

Reste à savoir si le gouvernement joindra l’acte à la parole car même qualifiée de superficielle, la PGE a malgré tout tracé les grandes lignes importantes dictées par le contexte. Avec beaucoup de promesses et d’engagements, tout a été presque dit, mais reste à donner corps… comme d’habitude. En d’autres termes, la concrétisation qui aura un impact direct et palpable sur la vie de la population. Ce sont en quelque sorte les problèmes communs de toutes les PGE appliquées au pays. Le bilan en cours et après-mandat n’est jamais négatif. Tout se résume en « des efforts ont été constatés, mais beaucoup reste à faire ». Alors qu’au niveau de la population et des contribuables, lesdits résultats enregistrés et vantés dans la majorité des cas, ne sont pas à la hauteur de leur attente. Ils continuent à subir au quotidien les coûts de l’inflation… Une politique réussie et qui mérite une mention est celle qui satisfait le citoyen et améliore son pouvoir d’achat. A chaque fois qu’un nouveau gouvernement est mis en place, la population du Sud attend à travers sa politique générale des solutions pérennes pour lutter contre la famine et la sécheresse. Des années ont passé, ces fléaux continuent à frapper cette région.

Des PGE « mi-figue mi-raisin », ni faites ni à faire, la population malgache en a connues autant ces dernières années. Un homme a suggéré que pour avoir vraiment un résultat efficace et rapide, peut-être qu’il vaut mieux dresser une « Politique d’urgence de l’Etat ». Cela fait déjà longtemps que le pays lutte contre la pauvreté, l’insécurité, le trafic des bois de rose et des ressources naturelles. Mais cela fait également des années que l’on a droit à une même vision de développement, issue d’auteurs différents, des chapitres entiers de politique à mener pour y mettre fin. Autant en emporte le vent.

J.R.

 

Les commentaires sont fermées.