Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Pépite d’or : le ministère au chevet des parents

Pépite d’or  : le ministère  au chevet des parents

Reprise des cours difficile à l’école privée la Pépite d’Or à Ambodivonkely-Ambohimanarina. Hier, cet établissement a rouvert ses portes après une semaine de deuil. A cette occasion, le ministre de l’Education nationale (Men), Paul Rabary, a tenu à être aux côtés des élèves, familles, parents et enseignants, encore sous le choc après l’accident de la circulation survenu le 29 avril dernier. Ceci, rappelons-le, a coûté la vie à six élèves de cette école.

«Nous sommes tous déchirés par ce drame. Le ministère est au chevet des parents, élèves et enseignants, qui ont perdu des êtres chers dans cet accident en les aidant à se relever à travers des séances de psychothérapie», a souligné le numéro un du Men. Ces séances d’accompagnent psychologique, menées par cinq médecins psychiatres et psychologues, ont débuté dès le début de la reprise des cours. «L’accompagnement en question, qui se fait au début en groupe, se poursuivra d’un suivi individuel en fonction de l’état de chaque patient. Il se peut que certains d’entre eux nécessitent un traitement médical, mis à part le soutien psychologique», a fait savoir le Pr. Bertille Hortense Rajaonarison, psychiatre au sein de l’ex-Institut d’hygiène à Analakely.

Selon les deux enseignants des deux classes concernées directement par ce drame, notamment les classes de 10è B et C, où six de leurs camarades ont péri dans ce terrible accident, un tel soutien est nécessaire pour aider les élèves à aller de l’avant et à se concentrer dans leurs études. Ce processus s’avère difficile pour la majorité d’entre eux. Le témoignage de l’un des parents des victimes, Heriniaina Raharinjatovo, en dit long, «Le traumatisme demeure dans l’esprit de nos enfants. Notre fils, ne peut jusqu’à maintenant se remettre suite à la perte subite de notre fille. Il a toujours peur de rester seul à la maison, surtout la nuit. Son comportement inhabituel nous a conduits à consulter un accompagnateur psychologique pour l’aider à se stabiliser», a confié ce père de famille.

Fahranarison

 

Les commentaires sont fermées.