Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Insécurité routière

Insécurité routière

Un père ou une mère de famille qui sort de chez lui tôt le matin pour travailler et trouver de quoi subvenir aux besoins de ses enfants, ramener finalement quelque temps plus tard dans son foyer, le corps sans vie… Des parents qui préparent avec joie et fierté leurs enfants qui vont effectuer une classe verte quelque part pour que ces derniers décompressent un peu après des mois de rudes épreuves scolaires, retrouvent finalement leurs progénitures allongés sur les lits des hôpitaux ou, pire dans les placards de la morgue.

C’est devant ces atrocités de la vie que les proches de ceux qui sont victimes des deux accidents mortels de la circulation survenus sur la RN4 ont été confrontés durant ce vendredi noir. Mais combien, tous les citoyens malgaches, les usagers de la route, les automobilistes comme les piétons, se retrouvent face à ces risques presque tous les jours ? Ce qui se passe, en effet ,est que la sécurité routière est loin d’être garantie.

La faute est a priori aux conducteurs qui manquent de prudence. Mais il se passe également que les moindres critères pour assurer la sécurité routière ne sont pas remplis. C’est le cas, entre autres, de la délivrance de permis de conduire à n’importe qui pouvant se payer « l’écolage » nécessaire pour l’obtention de la petite carte biométrique de chauffeur. C’est également le cas du laisser- aller au niveau des contrôles routiers et des visites techniques des voitures pouvant circuler. Dans tous ces services et domaines, c’est la corruption qui gagne le terrain.

Si les forces de l’ordre sont dans les premières lignes de la liste des plus corrompus dans le pays, les formes de corruption dont on les accuse se déroulent notamment sur la voie publique et lors des opérations de contrôles routiers. Au lieu d’assurer la sécurité routière en faisant appliquer la loi au pied de la lettre, non pour faire parler de leur nom, mais pour éduquer et pour la faire respecter, elles participent au bafouage de celle-ci et incitent les citoyens à l’infraction en se livrant elles-mêmes à la corruption.

Nombre d’entre nous sont témoins du manque de scrupule des agents de sécurité routière, ces forces de l’ordre qui jouent à la police de la route, qui sont au final, les maîtres de la «demande d’écolage » ou du racket à proprement parler des automobilistes.

Mais il n’y a pas que les conducteurs et les forces de l’ordre qui en sont concernés. Dans ces situations tristes des accidents mortels de la route, l’on ne peut épargner l’Etat dans son laxisme et sa réaction tardive quant à la prise de mesures concrètes et efficaces pour assurer la sécurité routière. L’on a déjà vu au pays l’utilisation de l’alcootest bien qu’il ne soit pas la solution vraiment idéale pour lutter contre le phénomène, mais l’application de cette mesure était également bancale, voilà pourquoi elle n’a pas porté ses fruits. Ainsi, la garantie de la sécurité routière est avant tout une responsabilité des autorités.

Vonjy M.

Les commentaires sont fermées.