Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Orange Madagascar : flagrant délit de mensonge

Orange Madagascar : flagrant délit de mensonge

Après les propos de Michel Barré en matière de corruption, voilà qu’Orange Madagascar défie à nouveau l’Etat malgache à travers un communiqué mensonger, transmis hier aux différentes rédactions. Et que l’opérateur a visiblement omis d’envoyer à la rédaction de Les Nouvelles de manière délibérée.

En fait, selon le communiqué, «Orange a payé à l’Artec, le 6 juillet 2015, tous les droits afférents au renouvellement pour dix ans et à la mise en conformité de sa licence d’opérateur en télécommunications dans le cadre des nouvelles réglementations en vigueur». Or, en vérité, les arriérés d’Orange Madagascar auprès de l’Artec pour l’année 2015 s’élèvent à 6 milliards d’ariary. Il s’agit des taxes de régulation et de contributions qu’Orange n’a pas encore réglées. Qu’importe s’il s’agit d’un retard de paiement, mais dans tous les cas, Orange Madagascar n’est pas à jour dans le paiement contrairement à ses dires. Et affirmer que cette société de télécommunications est réglo à ce niveau, relève d’un mensonge bien fait qui, cette fois ne vaut mieux qu’une méchante vérité.

Autant ainsi dire qu’Orange ne s’en sort pas à bon compte en matière de taxes et de contributions.

A sa guise

Et cela ne l’empêche pas de se définir dans son communiqué comme une entreprise éthique, pour dire que sa licence d’opérateur est conforme aux réglementations en vigueur et qu’elle a dûment rempli le cahier des charges exigé. A vrai dire, la réalité est toute autre. Effectivement, Orange a bel et bien signé le cahier des charges mais à sa façon et selon ses propres exigences. Cela n’a pas été rapporté mais en paraphant et en signant le cahier des charges, Orange a également émis son avis en barrant carrément plusieurs points de la recommandation.

Le cadre réglementaire est censé être le même pour tous les opérateurs. Et nul n’est au-dessus de la loi, mais visiblement, Orange Madagascar peut se permettre d’imposer sa volonté au-dessus de celle de l’Artec. Une attitude contraignant cette dernière à ne pas contresigner. A quel jeu joue Orange en faisant croire à l’opinion publique qu’elle a déjà honoré ses dettes et ses engagements envers l’Etat ?

Une fois de plus, les autorités de tutelle sont mésestimées. Les versions exactes des responsables sont justement attendues d’autant qu’Orange menace d’attaquer l’Etat malgache en arbitrage à Paris. Qu’en est-il vraiment de ces engagements très médiatisés et de la sortie de Michel Barré sur le sujet de la corruption ? A force, le secteur privé et l’opinion publique commencent vraiment à se demander s’il ne s’agit pas d’une manœuvre destinée à faire en sorte que l’attention ne soit pas focalisées sur ce défaut de paiement de ces dettes d’Orange Madagascar auprès de l’Artec.

D’aucuns en arrivent même à s’interroger si le directeur général d’Orange Madagascar fait-il maintenant dans la politique ? Dans tous les cas, tout cela nuit non seulement à l’image du pays et de ses dirigeants, particulièrement l’autorité de régulation du secteur, mais aussi à celle du secteur privé.

J.R.

Les commentaires sont fermées.