Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Commerce extérieur : mise en œuvre de la Stratégie d’exportation

Commerce extérieur  : mise en œuvre de la Stratégie d’exportation

Secteur privé, autorités étatiques et partenaires techniques et financiers (PTF) sont main dans la main dans la mise en œuvre de la Stratégie d’exportation de Madagascar pour l’industrialisation et les services (Semis), dans le but de redresser ce secteur porteur.

Pendant deux jours, l’International trade board of Madagascar (ITBM), le ministère du Commerce et de la consommation, et la Banque africaine de développement (Bad) à Madagascar ont organisé un atelier d’enrichissement relative à la Stratégie d’exportation de Madagascar pour l’industrialisation et les services (Semis) à la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo (CCIA) à Antaninarenina. Cette rencontre a vu la participation de toutes les parties prenantes au secteur de l’exportation pour discuter ensemble du plan d’action en la matière.

«La promotion de l’exportation doit commencer par l’instauration d’un climat de confiance entre l’Etat et le secteur privé. La synergie entre les deux parties, avec le soutien des PTF permettra de faire évoluer la situation à Madagascar. C’est d’ailleurs la raison d’être de la Semis», a fait savoir Herintsalama Rajaonarivelo, président de l’ITBM. Malgré son fort potentiel dans le développement économique du pays, le secteur de l’exportation fait encore face à de nombreuses difficultés, pour ne citer que l’insuffisance des moyens techniques et financiers des exportateurs, les problèmes liés aux papiers administratifs, la faible compétitivité, mais aussi la crise de l’énergie qui reste un facteur de blocage pour de nombreuses secteurs d’activité à Madagascar, a souligné le président de l’ITBM.

Des étapes franchies

Par ailleurs, le ministre du Commerce et de la consommation, Armand Tazafy a souligné l’importance d’«une meilleure maîtrise de notre marketing produit, de la gestion de l’image et la notoriété du pays et du choix du marché», lors de sa prise de parole à la cérémonie d’ouverture de cette rencontre. Ce dernier a également souligné les étapes déjà franchies par le pays dans le domaine du commerce extérieur, notamment la finalisation de la matrice des actions prioritaires de l’étude diagnostique de l’intégration du commerce (Edic), la formulation du Programme de renforcement des capacités commerciales (PRCC 4) de l’Agence française de développement (AFD) pour Madagascar , l’examen de la politique commerciale du pays avec l’Organisation mondiale du commerce (OMC), ainsi que la mise en place d’un guichet unique à l’export.

Problème de compétitivité

D’après les opérateurs-exportateurs présents à cet atelier, le renforcement de la compétitivité s’avère indispensable pour pouvoir percer le marché international. D’après Philipe Razanakolona, un opérateur installé à Madagascar depuis trois ans, et qui exporte des produits artisanaux malgaches vers les marchés internationaux, «les exportateurs malgaches ne sont pas assez compétitifs face à la concurrence internationale très rude et l’abondance des produits chinois à bas prix dans presque tous les pays. Pourtant Madagascar détient d’importants atouts en termes de matières premières et de main-d’œuvre. La compétitivité des acteurs dans le secteur de l’exportation dépend essentiellement d’une chaîne de valeur sécurisante, d’un accès au financement et d’un climat des affaires stable».

Riana R.

 

Les commentaires sont fermées.