Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Gouvernement de come-back

Gouvernement de come-back

Si le Président de la République incarne l’image d’un pays, les membres du gouvernement qu’il forme avec son Premier ministre devront être les élites de ce pays, car être ministre n’est pas donné à tout le monde. A Madagascar, ces membres du gouvernement sont au nombre d’une trentaine. Selon cette logique, ce sont les soi-disant élites du pays. Ainsi, tous les yeux se tournent vers eux. Voilà pourquoi ce gouvernement récemment constitué est au centre de tous les débats.

Il s’agit en effet du troisième gouvernement du régime depuis l’accès de l’ancien Grand argentier de la Transition à la tête de l’Etat. Le changement a lieu presque chaque année, parce que le Chef de l’Etat en est actuellement à la troisième année de son mandat. Mais le plus curieux dans tout cela est qu’en dépit des remaniements qui ont déjà eu lieu, la plupart des ministres restent les mêmes. Seul le Chef du gouvernement saute, avec bien entendu quelques têtes qui lui semblaient être fidèles, mais les autres membres du staff restent.

Sont-ce donc bien les élites du pays ? Parce qu’effectivement, le régime actuel est visiblement adepte du principe selon lequel «on ne change pas une équipe qui gagne». Bien que la question qui se pose est de savoir ce qu’elle a vraiment gagné cette équipe, à part l’enrichissement personnel de ses membres.

Non seulement on a gardé des ministres ayant déjà été membres des précédents gouvernements dans cette nouvelle formation gouvernementale, mais on a également permuté leurs postes, comme s’ils sont polyvalents dans leur fonction. C’est un peu comme mettre Lionel Messi, Neymar, Ronaldo, Suarez ou encore Benzema à la défense, et recaser les joueurs du milieu de terrain dans le gardiennage du but ou presque… parce qu’effectivement on ne peut comparer une équipe gouvernementale à une équipe championne de football.

Ce sont effectivement les seules élites du pays, parce qu’en réalité, il n’y a d’autre personne qui peut s’occuper, entre autres du ministère de l’Environnement que celle qui avait déjà tenu les rênes du ministère de la Santé, puis celui de l’Eau, ou encore la population dans d’autres gouvernements. Il n’y a d’autre personne qui peut s’occuper du ministère du Tourisme que celui qui avait déjà été à la tête des Travaux publics. Et il n’y a que ceux qui ont déjà occupé des postes ministériels au sein de la Transition qui peuvent être nommés actuellement ministres d’un nouveau gouvernement.

C’est avec ces membres du gouvernement de come-back que le gouvernement actuel entend livrer combat. Un combat qu’il devra commencer par lui-même parce que ses membres doivent agir en véritable élites, comme on veut bien les qualifier.

Vonjy M.

Une réponse à "Gouvernement de come-back"

  1. kotokely  25/04/2016 à 21:19

    Tout simplement déprimant et pathétique…

Les commentaires sont fermées.