Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Air Madagascar : Rado Rabarilalala et consorts reviennent à la charge

Air Madagascar : Rado Rabarilalala et consorts reviennent à la charge

Voilà maintenant plus de dix mois que les quatre leaders syndicaux de la compagnie aérienne nationale Air Madagascar ont été suspendus de leurs fonctions après la grève des employés au mois de juin de l’année dernière. Leur réintégration semble être renvoyée aux calendes grecs.

Rado Rabarilala, Augustin Rakotomanga, Fehizoro Rabel, et Josué Ramparison, les quatre leaders syndicaux de la compagnie Air Madagascar, également délégués du personnel et représentants des employés de la compagnie aérienne nationale n’ont pas été réintégrés dans leur fonction respective depuis juillet 2015, c’est-à-dire après la manifestation de quarante jours effectuée par les employés. Et hier, à l’aéroport international d’Ivato, ces derniers ont manifesté pour réclamer leur réintégration. Ils continuent également à dénoncer la mauvaise gouvernance au sein d’Air Madagascar.

«C’en est assez !», a tonné Rado Rabarilala, président du syndicat du personnel de la compagnie devant la presse à l’aéroport d’Ivato. «En tant que délégué du personnel, nous faisons partie de la catégorie des travailleurs protégés, selon le code du travail. Après que la direction régionale du travail et des lois sociales ait donné l’autorisation à la compagnie aérienne sur notre licenciement, nous avons porté l’affaire devant le tribunal administratif, qui a accordé un sursis à exécution du dossier. Air Madagascar a été notifiée de cette décision le 18 janvier dernier, mais un huissier nous a remis une lettre de refus d’exécution de cette décision de justice, le 25 janvier dernier», a-t-il expliqué.

Audience auprès de la Primature

Les quatre employés de la compagnie aérienne nationale prévoient donc de manifester devant leur lieu de travail à l’aéroport d’Ivato jusqu’à ce qu’ils soient réintégrés, en se référant à cette décision du tribunal administratif. Questionné sur d’éventuelles négociations avec la direction générale d’Air Madagascar, Rado Rabarilala a fait savoir que «ce n’est plus le moment de négocier. Nous avons procédé aux négociations avec le conseil d’administration et la direction générale de la compagnie après la grève, l’an dernier mais comme vous le voyez, ça n’a rien apporté. Le conseil d’administration nous a trompés». Ces employés ont toutefois demandé une audience auprès de la direction de la législation de la Primature, qui leur a recommandé de remettre une lettre auprès du Premier ministre, du temps du général Ravelonarivo. Les employés ont remis la lettre le 5 avril dernier, seulement le dossier est de nouveau en suspens vu le changement de gouvernement de la semaine dernière.

Détournement

Par ailleurs, ces délégués du personnel d’Air Madagascar continuent également à dénoncer la mauvaise gouvernance au sein de la compagnie. Selon leurs dires, Air Madagascar n’a toujours pas réglé les deux milliards d’ariary qu’elle doit à la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnaps), ni les 17 milliards d’ariary d’assurances-retraite. «La direction n’a pas non plus réglé les primes de fin d’année des employés au titre de l’année 2015, alors qu’elle déduit un douzième des salaires du personnel pour régler cette prime vers la fin de l’année. Nous n’avons pas le volume exact de ce fonds détourné par la direction. Il s’agit toutefois d’un montant considérable vu les salaires des employés d’Air Madagascar qui varient entre 150 000 et 40 millions d’ariary à raison de 1500 employés au sein de la compagnie», a précisé Josué Ramparison.

Riana R.

 

Les commentaires sont fermées.