Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Entretien routier : un financement spécial pour Tana

Entretien routier  : un financement spécial pour Tana

Les travaux de réfection des routes à Antananarivo devraient coûter dans les 10 milliards d’ariary. En tout, 32 km de route sont à réhabiliter. Le manque de budget du Fonds d’entretien routier (Fer) demeure cependant un handicap.

Au mois de janvier dernier, le ministère des Travaux publics avait annoncé le déblocage de 10 milliards d’ariary pour l’entretien des routes de la capitale, a rappelé Benitany Randimby, secrétaire général du Fer, hier. Ce dernier a expliqué que « ce budget provient des reliquatsdes campagnes antérieures du fonds, ainsi que d’une somme décaissée à une certaine époque par la direction générale du Trésor, et qui devrait être restituée par le Fer ».

Dans son discours à l’occasion de l’inauguration des infrastructures sportives et de loisirs aux 67Ha, hier, le président de la République a touché mot de la réhabilitation et l’entretien des routes dans la capitale. « J’ai déjà donné l’ordre, j’ai tapé sur la table en conseil des ministres pour que l’on procède rapidement à la réhabilitation des routes et ces travaux sont en cours », a-t-il déclaré. Le chef de l’Etat a en outre annoncé la construction prochaine d’une nouvelle route reliant le Boulevard de l’Europe, au niveau d’Ankazomanga, à la route Digue, au niveau du Stade Maki d’Andohatapenaka.

Le mauvais état des routes fait partie du paysage de certains quartiers d’Antananarivo depuis un certain temps. Sur certains axes prioritaires, les travaux se poursuivent tandis que d’autres attendent leur tour. D’après toujours Benitany Randimby, « ces 10 milliards d’ariary annoncés servent actuellement à la réfection des divers axes comme aux 67Ha, à Anosibe, à Andravoahangy, à Ambohimanarina, à Andohatapenaka… ».

Plus de 250 milliards d’ariary de Rer impayés

Cette année, le Fer prévoit d’affecter 47 milliards d’ariary à l’entretien des routes nationales alors que le budget annuel « normal » est de 100 milliards d’ariary. Le retard d’encaissement des redevances d’entretien routier (Rer) venant des compagnies pétrolières est jusque-là évoqué comme cause de ce manque de fonds.

« Les Rer impayées de 2011 jusqu’à la fin de l’année 2015 s’élèvent à 252 milliards d’ariary dont 93 milliards pour le compte de l’année 2015 », a rappelé le secrétaire général du Fer. Les Rer représentent presque la totalité du fonds de son fonctionnement. Elles sont prélevées sur chaque litre de carburant vendu auprès des stations-service. Les problèmes ont commencé en 2011 avec l’intervention de l’Etat dans la détermination des prix à la pompe. Avec les chamboulements qui ont suivi cette décision, les pétroliers ont cessé en totalité ou en partie de reverser les Rer au Fer. Des régularisations ont déjà été annoncées, mais la situation à l’heure actuelle est encore loin d’être réglée. « Pourtant les Rer constituent la seule source qui alimente les caisses du Fer actuellement », a-t-il déploré.

Le budget du Fer est destiné à l’entretien des routes nationales mais compte tenu de l’urgence et de la dégradation des rues des grandes villes dont celles de la capitale, le gouvernement compte utiliser une partie de ce fonds pour parer au plus urgent, cas de force majeure oblige.

Arh.

 

Les commentaires sont fermées.