Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Roy Slam : « La musique n’a pas de frontières »

Roy Slam  : « La musique n’a pas de frontières »

Des dreadlocks naissants sur la tête, un petit bouc, des lunettes noires, un look inclassable. Roy Slam, auteur et déjà interprète de plusieurs titres, dont notamment «Back’art» qui a fait le buzz sur les réseaux sociaux à sa sortie, prépare son nouvel opus. Un album qui verra la participation de plusieurs artistes issus de différents horizons, car ce dernier prône le rôle de réunir et réconcilier le monde de la musique locale.

«La musique n’a pas de frontières, et ne devrait pas en avoir», estime Roy Slam qui présentera bientôt son quatrième album intitulé «Fitoriana» et qui sera dévoilé officiellement vers le début de ce mois de mai. Contenant sept titres, ce prochain album a une signification particulière pour l’artiste. «Au fait, j’ai commencé à étudier ce projet l’année dernière. Puis, j’ai décidé que produire ce nouvel opus fera partie de mes résolutions pour 2016. Cependant, ce ne sera pas qu’un simple opus dans lequel je déclamerai, puisque mon objectif est de réunir sur un seul album presque tous les genres musicaux qui existent à Madagascar. Sans limites, sans frontières», a annoncé l’artiste.

Des featuring avec plusieurs artistes

Le terme «Fitoriana» a inspiré Roy Slam. «Il a plusieurs significations, entre autres, une déclaration d’amour à quelqu’un. Par ailleurs, il y a le chiffre «fito» ou sept qui, non seulement fait référence au nombre de morceaux composant cet album, mais constitue aussi phonétiquement un jeu de mots pour dire featuring», a-t-il déclaré. Ainsi, ce nouvel opus ne contient que des morceaux en featuring avec d’autres artistes ou groupes, entre autres, Bolo, Rolf, Jess Flavy One…

Mais ce n’est qu’un début. Dans ses prochains albums, il projette aussi de créer des morceaux avec des artistes qui ne font pas seulement de la musique urbaine. «Des featuring avec des représentants de la musique tropicale m’intéressent, je pense même collaborer avec des artistes ou groupes évoluant dans le métal comme du heavy. De nos jours, il faut dépasser les conflits entre les genres musicaux. On doit aller de l’avant et les mélanges permettent d’envisager de nouvelles perspectives, de découvrir de nouveaux sons…», a-t-il continué.

Ensemble sur la même scène

Ainsi, par rapport aux anciens albums de Roy Slam, «Fitoriana» véhicule une nouvelle vision en empruntant le style «Spoken word», c’est-à-dire un genre de slam où la musique tient aussi une place importante. Dans le cadre de la sortie officielle de ce nouvel opus, l’artiste pense organiser un concert de promotion, dans le but également de réunir sur une même scène tous ces artistes avec qui il travaille afin de pouvoir aussi élargir son public.

Holy Daniell

Les commentaires sont fermées.