Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Exportation : place aux normes agroalimentaires

Exportation : place aux normes agroalimentaires

Le secteur de l’agroalimentaire est porteur à Madagascar mais handicapé par des sérieux problèmes liés à l’absence de norme. Dans le but d’apporter des améliorations en la matière, un atelier national sur l’accord de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) relatif à l’application des mesures sanitaires et phytosanitaires s’est tenu à Antananarivo les 5 et 6 avril derniers.

Selon le ministère de l’Agriculture et du développement rural, ces dernières années les produits agricoles et agroalimentaires destinés à l’exportation ont connu des cas de refoulement aux frontières, ou de retrait sur le circuit de distribution dans des pays importateurs. Une situation qui a occasionné des pertes considérables pour les opérateurs, mais a également terni l’image des produits en provenance de Madagascar.

Au cours de la rencontre de deux jours, des techniciens du ministère de l’Agriculture et du développement rural, des groupements professionnels, des producteurs et les associations de consommateurs ont discuté des principes clés de l’accord sur les mesures sanitaires et phytosanitaires avec l’intervention de la représentante de l’OMC, venue à Madagascar, Marienne Fall.

Un plan d’action

Cet atelier fait suite à la mise en place d’un plan d’action pour le respect des normes alimentaires internationales et accès aux marchés par la partie malgache et le Fonds des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), au mois de septembre dernier. Ce projet, financé par le Fonds fiduciaire africain de solidarité (African solidarity trust fund-ASTF) à hauteur de 420 000 USD, vise à «renforcer les contrôles des menaces pour la sécurité sanitaire des aliments, en vue de l’accroissement de la productivité et du commerce en Afrique australe».

Madagascar bénéficie d’un appui pour l’amélioration de la surveillance des maladies et des ravageurs et les épisodes de contamination des denrées alimentaires, autant que de l’environnement dans le cadre du projet.

Riana R.

Les commentaires sont fermées.