Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Litige foncier d’ankadimbahoaka : la population et la Filatex réconciliées

Litige foncier d’ankadimbahoaka  : la population et la Filatex réconciliées

Le litige foncier entre l’entreprise Filatex et la population d’Ankadimbahoaka a pris effectivement fin depuis hier grâce à la médiation de l’association Hafari malagasy, oeuvrant dans la défense des droits de l’homme. La première vague de familles ayant occupé illicitement le terrain de cette société a été recasée et installée officiellement, hier, après les négociations.

Onze familles ont reçu durant la cérémonie d’inauguration de leur logement, hier, les documents attestant officiellement la propriété des maisons d’habitation y compris l’acquisition du terrain d’implantation après avoir quitté la propriété de la société Filatex où elles s’étaient installées illégalement depuis des années. Le médiateur Jean Nirina Rafanomezantsoa, à l’origine de la réussite des négociations, a révélé hier que le terrain appartenait à la société Filatex avant l’installation de ces familles. L’occupation du terrain s’est réalisée à partir des ventes illégales procédées par des anciens propriétaires à l’insu de la société qui l’a déjà acquis, selon ses explications. Le président national de l’association Hafari malagasy a d’ailleurs déclaré que le litige aurait pu se régler normalement dès l’annonce de la récupération de son bien par la société Filatex mais l’entrée en scène des politiciens de tout bord a envenimé la situation. Ces hommes politiques promettant l’impossible et l’illégal en incitant la population à continuer d’occuper le terrain sans le consentement de son propriétaire ont détourné la situation à leurs intérêts personnels, selon ce défenseur des droits de l’homme, hier. Ils ont alors manœuvré de façon à tirer profit des préjudices subis de part et d’autre en semant la discorde entre les parties en cause, selon le médiateur qui a annoncé avoir franchi cet obstacle en persuadant les antagonistes à se réunir autour de la table de négociations.

De l’apaisement pour un développement durable

Des maisons en dur construites suivant les normes ont donc été érigées avec l’argent destiné à ceux qui ont perdu leur habitation démolie le 19 mai 2014 sur ce terrain concédé par la société Filatex. Ce fonds de relogement offert par la société Filatex a attiré la convoitise des politiciens véreux qui ont tenté de le détourner, d’après l’association qui s’est attiré la foudre de certaines personnalités politiques en s’efforçant de mener à bien la réconciliation dans l’intérêt des deux parties.

Il a été rapporté au cours de la cérémonie que cette société de promotion immobilière axe ses efforts sur le dialogue pour un apaisement social, base du développement nécessaire au contexte actuel. De nouvelles négociations sont déjà en cours pour régler la situation de plusieurs squatteurs ayant construit des maisons en bois sur une autre propriété de cette société à Andrefan’Ambohijanahary, actuellement. Ils ont en principe accepté d’être relogés avec les deuxième et troisième vague des déplacés d’Ankadimbahoaka, selon les révélations de Jean Nirina Rafanomezantsoa, responsable des négociations.

Le représentant du chef de la région Analamanga et du chef du district d’Antananarivo IV ont félicité l’initiative de résolution de conflit social menée conjointement par l’association Hafari malagasy et la société Filatex en conformité avec la loi et ce; dans l’intérêt de la population pour faciliter son développement humain.

Manou

Les commentaires sont fermées.