Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Relation avec le président : Ravelonarivo clarifie la situation

Relation avec le président  : Ravelonarivo clarifie la situation

Enième prise de position du Chef du gouvernement Jean Ravelonarivo par rapport à la prétendue animosité entre le chef de l’Exécutif, Hery Rajaonarimampianina et lui, hier.

L’homme fort de Mahazoarivo qui, visiblement commence à être agacé par les questions autour de ce sujet, a toutefois daigné répondre aux journalistes. D’après lui, il n’existe aucune hostilité entre le Chef de l’Etat et lui. «Cela dépend des analyses (…). Je ne vois pas l’existence d’un bras de fer entre ma personne et le Président de la République, chacun peut faire son interprétation à sa façon», a-t-il déclaré hier, à l’issue d’une rencontre avec la délégation conduite par l’ambassadrice de France, Véronique Vouland-Aneini. Et lui d’ajouter que «Ce que je peux vous dire c’est que je suis encore Premier ministre et j’assume mes fonctions conformément à la Constitution».

Le Premier ministre semble d’ailleurs indiquer que ce sont ceux qui interprètent le rapport entre le locataire d’Iavoloha et lui qui font des raccourcis, et qui, au lieu de se pencher sur le développement du pays, ravivent le débat sur d’autres sujets de discussion. «Je suis étonné de certaines interprétations à ce sujet mais bon, nous vivons dans une démocratie et chacun peut dire ce qu’il veut», a-t-il soutenu avant de marteler, encore une fois que «le ciel est le bleu quant à mes relations avec le Chef de l’Etat». Une manière de dire que tout va bien entre eux. A Anosy, en marge de la prestation de serment du nouveau Directeur général du Service de renseignements financiers, les deux ténors de l’Exécutif se sont en effet renvoyé la balle sur le sujet. Une posture qui a, en outre, intrigué les journalistes.

Agitation

Ces temps-ci, le microcosme politique a en effet été animé par le remaniement imminent du gouvernement, lequel pour autant n’a été concrétisé. L’on ne sait d’ailleurs si cela se fera de manière partielle ou totale. La seule certitude, c’est que certains ministres sont jugés aussi bien par l’opinion que par les observateurs politiques comme défaillants. Même le chef de l’Etat s’est déjà exprimé sur le sujet dernièrement en notant que «N’attendez pas toujours le Président pour solutionner les problèmes. Prenez vos responsabilités, assumez vos tâches, mais ne faites pas souffrir la population». Sur ce, invité d’une émission sur une radio privée de la capitale, l’élu de Betroka Jean-Nicolas Randrianasolo, connu pour être l’un des fervents défenseurs du régime, a soutenu l’existence de brebis galeuses au sein de l’Exécutif.

Il semble à cet effet que, au plus haut sommet de l’Etat, le remaniement est encore sujet à de mûres réflexions. «Le remaniement se fera au moment où il est jugé nécessaire pour le développement et l’organisation du pays», s’est exprimé le Chef de l’Etat, lundi dernier à Mandroseza en se référant à l’écriture sainte comme quoi cela arrivera au moment inattendu «tel un voleur».

Quoi qu’il en soit, à entendre le locataire de Mahazoarivo, il n’est jusqu’ici nullement question de démission. «J’ai déjà répondu à cette question toutefois je vais vous répondre pour la dernière fois. Je n’ai pas encore pensé et ne pense pas encore démissionner. C’est aussi clair. C’est la Constitution qui a fait que je suis ici et c’est à partir de là Constitution que je m’en irai», a-t-il tonné en espérant, sans nul doute que cette question sera désormais close. En février dernier, il avait déjà répondu de la même manière en martelant que «Pourquoi devrais-je démissionner. Je suis un militaire, un général. Ce ne sont que des supputations. Jusqu’à preuve du contraire, je suis encore Premier ministre».

 J.P

Les commentaires sont fermées.