Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Affaire Anjozorobe : Tsimiondra ne fléchit pas

Affaire Anjozorobe : Tsimiondra ne fléchit pas

L’affaire d’Anjozorobe connaît un nouvel épisode. Hier à Besarety, face à la presse, Tsimiondra Tomasy qui se dit proche de la famille de la victime dans cette affaire est revenu sur le sujet en lançant des défis aux forces de l’ordre, en l’occurrence le commandant de la circonscription régionale d’Analamanga. « Le pays est tombé dans un fossé (…). On n’a plus le droit de s’exprimer (…). Personnellement je ne me laisserai pas faire », a-t-il déclaré. A ce propos, il soupçonne un relent de corruption.

« C’est déjà une affaire d’Etat. Pourquoi on ne peut plus en parler ? On ne nous menace pas comme cela (…). Nous ne tairons pas tant que la lumière n’est pas faite sur cette affaire », a-t-il fait savoir. Ce natif de l’Androy répond ainsi à la déclaration à la presse effectuée par une personnalité se disant elle aussi membre de la famille de la « victime », le 23 mars dernier à Andrefanambohijananhary. « L’affaire a été arrangée, un compromis a été trouvé », avait soutenu Maha-soa Rezoloha à cette occasion en ajoutant que « Ceux qui seraient tentés de continuer à polémiquer sur cette affaire, devront répondre de leurs déclarations et de leurs actes ». Des injonctions qui, visiblement, ne sont pas du tout du goût de certains membres de cette famille, à l’instar de Tsimiondra Tomasy. « Nous n’acceptons pas ces déclarations, d’autant qu’il n’y a pas eu de réconciliation et encore moins de respect des coutumes traditionnelles », a fait savoir le groupe, face à la presse hier.

L’affaire d’Anjozorobe porte, à titre de rappel, sur des coups de feu qui ont été tirés dans une carrière de pierres, et qui auraient fait un mort. La gendarmerie a toujours démenti l’existence d’une victime et affirme que ses éléments n’ont jamais ouvert le feu sur qui que ce soit. Pendant ce temps, des personnes se disant natives de l’Androy ont pointé du doigt le fils du Chef de l’Etat. Ce dernier a d’ailleurs soutenu, face à la presse, fermement son fils. Il semble toutefois qu’à cette allure, cette affaire risque de prendre une autre tournure.

Jao Patricius

Les commentaires sont fermées.