Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Administration pénitentiaire : le syndicat menace d’entrer en grève

Administration pénitentiaire  : le syndicat menace d’entrer en grève

A l’instar du Syndicat des greffiers de Madagascar, le Syndicat du personnel de l’administration pénitentiaire malgache (Spapm) a également menacé d’entrer en grève.

« Si nos revendications ne sont pas satisfaites, nous allons observer une grève de 72 heures qui va prendre effet à compter de lundi ». C’est ce qu’a déclaré, hier, une source auprès du Syndicat qui s’est exprimée sous couvert de l’anonymat. La source de préciser que le Spapm fera sa déclaration ce jour.

« Plusieurs résolutions ont été prises durant notre assemblée générale mais, nous avons constaté avec regret que le ministère de la Justice a ignoré les quatre points qui constituent l’ossature de nos revendications », a ajouté la source.

Quatre principaux points

Comme l’a indiqué la source, les revendications du Spapm portent sur quatre points dont le problème sur la catégorie professionnelle du personnel qui est toujours bloquée alors que le décret d’application a été publié depuis longtemps. Et, il en est de même pour les indemnités qui n’ont pas été réglées par l’administration.

« Nous avons également dénoncé l’inégalité de traitement entre nous et les forces de l’ordre. Nous avons en effet demandé des voitures cellulaires pour le transport des détenus mais les autorités en ont fait fi, alors que les autres entités ont été dotées de plusieurs véhicules. Le dernier et non le moindre, nous avons également demandé la mise en place d’une Direction de programmation et des ressources pénitentiaires, une nouvelle structure qui doit agencer nos activités en fonction de nos besoins. Nos réclamations restent sans réponses », a conclu la source.

Notons au passage que le Syndicat des greffiers de Madagascar (SGM) aura également menacé d’observer une grève illimitée à partir de lundi si ses revendications ne sont pas prises en considération. Alain Michel Randriamaro, secrétaire général du SGM, a indiqué cette semaine que toutes les voies de recours sont épuisées. Par conséquent, le syndicat SGM a toutefois fait savoir qu’un service minimum sera assuré.

Mparany

Les commentaires sont fermées.