Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Sommet de la francophonie : les préparatifs sur la bonne voie, la SG attendue demain

Sommet de la francophonie  : les préparatifs sur la bonne voie, la SG attendue demain

Sauf changement de dernière minute, la secrétaire générale de la Francophonie, Michaelle Jean, foulera demain, dans la soirée, le tarmac de l’aéroport d’Ivato. Un déplacement hautement symbolique entrant dans le cadre du sommet de la Francophonie, en novembre, à Antananarivo.

L’arrivée de Michaelle Jean, secrétaire générale de l’Organisation internationale de Francophonie (OIF) se confirme. «Elle sera accueillie à l’aéroport par la ministre des Affaires étrangères», assure une source proche du dossier.  Sauf coup de théâtre, son arrivée est prévue demain, dans la soirée. Il s’agit d’une visite de très haute importance pour la Grande île qui accueille d’ici quelques mois le 16è sommet de la Francophonie.

La visite de cette première responsable de l’OIF entre a priori dans le cadre de la journée de la Francophonie, célébrée dans plusieurs pays du monde hier et qui le sera encore pour la Grande île jusqu’à la fin de la semaine. Mais, il est évident que ce déplacement aussi court soit-il, fait pleinement partie des préparatifs du sommet en novembre. Dans son agenda d’ailleurs, il est indiqué que cette haute personnalité rencontrera le Chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina, et la Chef de la diplomatie malgache,  Béatrice Atallah.

 Michaelle Jean  prévoit également de rencontrer des membres de la société civile malgache  au cours de laquelle elle plaidera les avantages de cette organisation. Du reste, elle inaugurera aussi le Bureau de liaison de   l’OIF pour le compte de la région de l’océan Indien et, enfin, accompagnera la première dame au lancement du «Zoma de la Francophonie» à Andohalo. Mais il sera également question de visite des activités des organismes qui travaillent de près avec l’OIF, comme le centre malgache pour le développement de la lecture et de l’animation culturelle (Cemdlac).

Jao Patricius

Le doute n’est plus permis

«L’heure n’est plus aux doutes. Le moment n’est plus aux appréhensions. J’en appelle donc au plein engagement de tout un chacun à accueillir ce grand rendez-vous et à en faire un succès historique pour notre nation». Telle est la déclaration de la ministre des Affaires étrangères, Béatrice Atallah, hier à Anosy, à l’issue de la journée consacrée à la «Marche de la Francophonie». Une initiative baptisée «Le relais des couleurs de la Francophonie», et qui a vu la participation des membres du gouvernement, des représentants du corps diplomatique et des personnalités issues du secteur privé ainsi que de la société civile.

Les grands défis

Dans une courte allocution, la chef de la diplomatie malgache n’a pas manqué de réitérer les grands défis qui attendent Madagascar cette année et qui seront au centre de l’actualité, en l’occurrence l’accueil des Chefs d’Etat et de gouvernement, prévu du 22 au 27 novembre prochain. «Nous sommes parvenus aujourd’hui à faire passer un message. Celui de notre cohésion. C’est ensemble et main dans la main que nous réussirons, et plus que jamais notre symbiose doit constituer la force sous- jacente qui nous guidera dans notre entreprise», a soutenu la Chef de la diplomatie malgache, tout en lançant un appel à l’union. «Ce Sommet est le nôtre. C’est notre défi. Faisons-en sorte que ce Sommet de la Francophonie soit notre réussite commune, notre fierté combinée ; ensemble, marquons une fois de plus l’empreinte de Madagascar sur l’histoire de la Francophonie», a-t-elle indiqué.

Les opportunités

L’ambassadeur du Maroc et doyen du corps diplomatique, Mohammed Amar, a pour sa part insisté sur les opportunités à saisir lors du sommet. «Ce sera pour la Grande ile, une occasion à ne pas rater. Ce sera pour les nombreux VIP, journalistes et délégués un moment exceptionnel de découvrir les multiples facettes de ce merveilleux pays qui est le vôtre, ils auront ainsi l’occasion de voir les atouts et auront, nous espérons tous, l’envie de revenir ici pour investir, pour découvrir les mille et un site mystiques de ce merveilleux pays», a noté le diplomate marocain, qui a tenu à rendre hommage à la presse francophone dans son ensemble et aussi aux intellectuels, aux écrivains et aux journalistes malgaches.

Jao Patricius

Les travaux avancent à grand pas

Les choses sérieuses commencent concernant les infrastructures relatives au sommet de la francophonie.  Les travaux de construction de la voie rapide reliant Antananarivo à l’aéroport Ivato viennent d’être lancés. Ces travaux débuteront au niveau de la société Telma Alarobia jusqu’à l’entrée de la base de la RFI près du château d’eau. Ce, en dépit de la méfiance éprouvée par la population d’Ivato.

La construction de cette route longue de 11 km est le fruit d’un partenariat entre l’Etat malgache et le gouvernement chinois. D’une valeur de 30 millions de dollars avec 15% de contribution du gouvernement malgache assortie d’un taux préférentiel, cette voie est caractérisée par une plateforme de 12 m avec un revêtement de 10 cm,  d’une largeur de 3,5 m X 2 soit 7 m comme l’actuel by pass. La vitesse autorisée est de 80 km/h. Elle est dotée de normes de protection hors paires.

«Les travaux préparatoires de cette nouvelle construction ont débuté depuis longtemps. Les tracées ont été minutieusement étudiées faisant en sorte de toucher le minimum d’infrastructures comme les rizières. Jusqu’à aujourd’hui, aucune démolition de maison ne sera opérée sur les trois communes avoisinantes concernées», a expliqué le directeur des infrastructures et des projets présidentiels auprès du ministère d’Etat en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (Mepate), Rafaralahy Rakotoarisoa.

Ce technicien a également rassuré l’opinion publique que cette route sera finie à temps pour être utilisée durant le sommet de novembre prochain. «La société responsable de la construction, China harbour engineering corporation (Chec), et le Mepate travaillent d’arrache-pied et la réception officielle de cette voie se tiendra sans faute le 31 octobre prochain» a promis ce Dg.

Mise à part cette voie rapide, différentes constructions entrant dans le cadre de ce sommet de la francophonie sont en cours afin de désengorger la circulation dans la capitale. A l’instar de la voie reliant la route digue au boulevard de l’Europe, traversant le village artisanal et le stade Maki.

L’élargissement des voies et des ronds-points à Behoririka et à Analamahitsy comme la construction d’une route reliant Henri Fraise à Besarety figurent dans la liste des travaux à entreprendre par le Mepate.

Le déplacement de la gare routière d’Ambodivona et du «Fasan’ny Karana» et d’Ampasapito sont également dans les perspectives de ce département dirigé par le ministre Rivo Rakotovao. Les nouveaux stationnements seront opérationnels à partir du mois de novembre prochain, l’inauguration officielle étant prévue en mois de septembre prochain, a conclu les responsables.

Nadia

Un avant-goût impressionnant…

La promotion de la diversité est une des valeurs fondamentales de la Francophonie. Voilà pourquoi, le «Hira Gasy», cette musique traditionnelle malgache, particulièrement des Hautes terres centrales de Madagascar, a surtout été mise en valeur hier au Centre malgache pour le développement de la culture et de l’animation culturelle (Cemdlac), ex-galerie 6 à Analakely, dans le cadre de la journée de la Francophonie, hier.

Sahondrafinina Zanany et Ramilison Besigara, deux groupes de Hira Gasy, célèbres dans le petit cercle culturel malgache, ont été invités à partager gratuitement à une assistance très nombreuse, les valeurs de la musique et de la langue malgache. La structure artistique d’un spectacle de Hira Gasy que l’on peut assimiler à celle d’un opéra, à quelques détails près ; la manipulation des mots et des verbes dans cet art oratoire très célèbre dans le pays qu’est le kabary, inhérent au show et ces paroles truffées de messages… de la vie. Tous ont fait de ce spectacle de Hira Gasy un véritable succès artistique et populaire.

Les deux formations, véritables maîtres en la matière, ont par ailleurs donné le meilleur d’elles-mêmes, présenté, inventé des styles et des formules pour conquérir le public, à travers la danse, les jolies paroles ou encore les gestes souvent qualifiés d’anodines, mais très importants. Le Hira Gasy, tel qu’il l’a été présenté au grand public, hier, était particulièrement promoteur de la diversité culturelle et linguistique.

Mais il n’y avait pas eu que ce spectacle de musique traditionnelle de l’Imerina qui a séduit l’assistance dans le cadre de cette journée de la Francophonie. Il y avait également eu le show inédit d’une formation de danse traditionnelle dénommée Le Massa qui a véhiculé le bahoejy. Des déhanchements à volonté qui illustrent bien l’allégresse et la joie que procure la musique du nord, nord-ouest et nord-est de Madagascar.

A ces prestations artistiques, s’ajoute une animation aussi bien instructive que distractive des  amis du Cemdlac qui ont présenté au fur et à mesure à l’assistance les activités du centre et les raisons d’être de la Francophonie. Il y avait également une exposition portant sur la Francophonie et le développement de la lecture publique dans la Grande île. Toutes ces merveilles ne semblent être que le début de la grande surprise qui se prépare dans le cadre du sommet de la Francophonie en novembre dans la capitale.

Vonjy M.

Les commentaires sont fermées.