Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Fin de mandat du FFM : quid de la réconciliation ?

Fin de mandat du FFM : quid de la réconciliation ?

Le décret présidentiel mettant officiellement fin à la mission du Conseil pour la réconciliation malgache (FFM) est toujours attendu alors que le mandat de celui-ci prendra fin jeudi. Malgré cela, le FFM pourrait bénéficier d’un sursis en attendant la mise en place de la nouvelle structure pour la réconciliation.

Toujours aucune session extraordinaire en vue alors que la première session ordinaire des deux chambres parlementaires de cette année n’est prévue qu’au mois de mai prochain. D’ici là, le FFM pourrait encore être maintenu, tant que le Président de la République n’ait pris une décision. Normalement, cette décision devrait être prise en conseil des ministres, demain. Pour l’heure, le processus de réconciliation est en suspens, et cela depuis quelque temps déjà.

Depuis les assises nationales organisées par le Conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar (FFKM), aucune suite n’a été donnée au processus. Cela d’autant qu’Albert Zafy et Andry Rajoelina n’ont pas répondu à l’appel. A l’époque, 33 questions ont été posées à Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana et le chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina. Des questions qui avaient permis à ces derniers de reconnaître publiquement leur responsabilité dans les crises successives qui ont secoué le pays.

Auparavant, le FFM avait tenté de faire adhérer toutes les parties à son plan de réconciliation issu des concertations au Panorama, malgré le boycott des acteurs principaux, notamment les anciens chefs de l’Etat et le FFKM. Ces propositions ont ensuite été présentées auprès des régions, rendues au Chef de l’Etat et les activités s’en sont arrêtées là. Et le bilan de cette institution ne devrait annoncer rien de si extraordinaire.

Par ailleurs, plusieurs acteurs ont éxigé la mise en place d’une nouvelle structure pour la réconciliation alors que les dossiers d’indemnisation n’ont toujours pas été traités. Autant de projets qui n’ont toujours pas été mis en œuvre jusqu’à ce jour et attendent la nouvelle structure remplaçant le FFM.

Nouvelle version

Un comité d’experts pour l’élaboration du nouveau texte régissant le FFM nouvelle version a ainsi vu le jour et a pu avancer une proposition d’avant-projet de loi au chef de l’Etat. Une proposition qui donnera une prérogative spéciale à la nouvelle structure, celle de statuer sur l’amnistie des victimes.

Ce comité d’experts est depuis hier en conclave à Moramanga pour trois jours afin d’élaborer une proposition de loi finale et un avant-projet de décret d’application pour garantir sa mise en œuvre. Ces textes seront de ce fait relatifs au renouvellement du FFM, à son règlement intérieur mais également aux dispositions sur le Fonds national de solidarité pour dédomager les victimes des crises depuis 2002 jusqu’à la fin de la Transition. Une fois élaborés, ces textes seront présentés en conseils de gouvernement et des ministres, pour ensuite être examinés par les deux chambres parlementaires durant la prochaine session ordinaire du Parlement.

Tahina Navalona

Les commentaires sont fermées.