Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Unité spéciale anti-dahalo : le H-Rem réitère sa proposition

Unité spéciale anti-dahalo  : le H-Rem réitère sa proposition

L’association Hommes de réserve et ex-militaires (H-Rem) constituée d’ex-militaires et gendarmes appelle à une concertation avec le haut commandement de la gendarmerie nationale pour discuter de ses suggestions sur la mise en place prochaine de l’Unité spéciale anti-dahalo.

Les dirigeants de l’association ont rappelé, hier, qu’ils ont déjà proposé cette structure sous l’appellation de Forces spéciales lors de leur assemblée générale ordinaire du mois de décembre dernier dans le but de contribuer au redressement de la sécurité sur le territoire national. Lors d’un point de presse tenu au siège de l’association, le président Jean Harrison a affirmé détenir certains secrets sur le maintien de la sécurité dans les zones rouges, particulièrement dans le sud de Madagascar où plusieurs paramètres doivent être maîtrisés pour pouvoir assurer la lutte contre les dahalo.

Le H-Rem préconise, de ce fait, l’incorporation de ses éléments au sein de l’Unité pour assister les forces de l’ordre dans leur mission. La sécurité durable doit partir de la base, a-t-il révélé, et ses assistants seront sélectionnés sur place compte tenu de leur connaissance du terrain et de leur aisance relationnelle dans le secteur. Ces conditions seront d’un grand apport à l’Unité spéciale par le recueil de renseignements confié aux éléments du H-Rem et à leur mission de guide lors des déplacements. L’association insiste aussi sur l’utilité de responsabiliser ces ex-militaires dans leur lieu d’origine pour les empêcher de verser dans les attaques armées liées aux vols de bœufs. Leur maîtrise de la culture locale ouvrira des opportunités de réussite aux forces de l’ordre dont ils seront les auxiliaires, a confirmé le H-Rem, hier.

Se sentant responsables de par leur statut d’ex-militaires et gendarmes, les membres du H-Rem tirent la sonnette d’alarme pour que cette nouvelle unité spécialisée ne risque pas d’être l’auteur d’exactions contre la population ou d’être un abattoir pour les éléments des forces de l’ordre.

Manou

Les commentaires sont fermées.