Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
    Préc Suiv

    Marché des devises : vers un équilibre des cours de change

    Marché des devises  : vers un équilibre des cours de change

    Les cours de change de l’euro et du dollar connaissent une certaine stabilité. Les fluctuations accélérées demeurent limitées. Les économistes ne prévoient qu’un faible ajustement des parités euro/ariary et dollar/ariary.

    Depuis le mois de décembre 2015 jusqu’à ce jour, les cours de change des deux principales devises de référence au niveau de la Banque centrale de Madagascar (BCM) fluctuent autour de la barre des 3.500 ariary (euro) et 3.200 ariary (dollar). Au mois de décembre dernier, l’euro et  le dollar valaient respectivement 3.474 et 3.202 ariary. Et le 7 mars dernier, l’euro valait 3.507 ariary si le dollar se négociait à 3.206 ariary.

    Ces fluctuations sont « normales » et traduisent un « équilibre » des cours de change, expliquent les économistes. «Le marché interbancaire des devises (Mid) à Madagascar connaît également une certaine stabilité ces derniers temps», a expliqué Rado Ratobison, membre du Cercle de réflexion des économistes de Madagascar (Crem). D’après lui, les fluctuations des cours de change ne présentent pas de grands risques. «En tout cas, l’euro ne devrait pas franchir la barre des 4.000 ariary, du moins pas cette année», a-t-il rassuré.

    A un certain moment, la fluctuation s’est beaucoup accélérée, comme ce fut  le cas au cours de la période août-octobre 2015, où l’euro a augmenté de plus de 460 ariary, passant de 3.197 à 3.660 ariary, et le dollar s’est apprécié de 380 ariary, franchissant la barre des 3000 ariary (avec 3266 ariary, ndlr) contre 2.881 ariary deux mois auparavant.

    Limitation des interventions de la BCM

    Néanmoins, la décision de la BCM de limiter ses interventions sur le Mid s’annonce comme une bonne disposition. En effet, la dévaluation de l’ariary ces derniers temps résulte en partie de la rareté des devises étrangères sur le territoire national. Quoi qu’il en soit, les opérations d’exportation de marchandises devraient logiquement aboutir à une rentrée de devises et à l’augmentation des volumes de monnaies étrangères sur sol malgache.

    En 2015, le Fonds monétaire international (FMI) a exhorté la BCM à mettre de côté 3 à 4 mois  de réserves en devises en vue de d’importation. Une recommandation apparemment suivie par la concernée, selon les économistes. Ce dernier point est important puisque les stocks de monnaies étrangères à la BCM sont vitaux en cas de crise mondiale.

    Par ailleurs, les cours réagissent par rapport à l’évolution du marché mais les risques de fluctuations accélérées sont minimes actuellement. « Les sommets de la Francophonie et du Comesa, prévus se tenir cette année à Madagascar ne manqueront pas de booster les rentrées de devises dans le pays », explique toujours Rado Ratobison. Les aides financières devant être conséquentes mais ciblées, nous assisterons à un équilibre de la balance des paiements, l’excédent devant servir à reconstituer les réserves officielles de devises de la BCM.

    Donc, en général cette année, le marché des devises sera stable et les économistes ne prévoient qu’un faible ajustement des parités euro/ariary et dollar/ariary. Le cours du pétrole brut sur le marché international y est également pour quelque chose. C’est de bon augure pour les consommateurs, mais défavorable pour les spéculateurs.

    Arh.

    Les commentaires sont fermées.