Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Régionales : le KMF/CNOE doute de leur crédibilité

Régionales : le KMF/CNOE doute de leur crédibilité

Après les élections sénatoriales, certains acteurs restent sceptiques quant à la tenue des élections régionales, notamment sur le plan organisationnel. A la vue de la journée électorale du 29 décembre dernier, des observateurs électoraux se sentent délaissés et semblent avoir parlé dans le vide.

Les parties prenantes à l’organisation des élections se mobilisent actuellement en vue de la tenue des régionales. Si de son côté, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) se dit prête pour ces élections, des observateurs sont plutôt réticents, concernant notamment leur organisation. Pour certains d’entre eux, il y a de fortes chances que les erreurs lors des sénatoriales se reproduisent durant les régionales. «A l’allure où on avance, on ne peut pas espérer de grand changement pour les élections régionales», a indiqué un membre du KMF/Cnoe, Patricia Raharisoamalala. D’après elle, «Le problème réside au niveau de l’organisation même des élections». Elle estime que tout doit être supervisé, de l’élaboration à la vérification de la liste électorale jusqu’à la tenue du scrutin. Des détails qui ne semblent pas avoir été pris en compte lors des dernières élections, malgré les diverses recommandations du KMF/Cnoe.

Mêmes erreurs

«Nous n’avons cessé d’interpeller les responsables sur certains points mais nous constatons que nos appels sont restés sans réponse. On se demande même si quelqu’un nous a entendu et pris en compte nos propositions», a déploré Patricia Raharisoamalala. Cela pour ne parler que des urnes électorales. En effet, le KMF/Cnoe a toujours dénoncé le fait qu’une urne par commune ne garantit pas le secret de vote et nuit fortement à l’indépendance des grands électeurs. A cela s’ajoutent les grands électeurs qui semblent facilement corruptibles. De ce fait, Patricia Raharisoamalala pense que le même scénario pourrait se reproduire durant les régionales si aucune mesure n’est prise rapidement.

Cependant, le KMF/Cnoe ne voit pas tout en noir dans ces élections puisque le scrutin des chefs de région est une grande première à Madagascar. «Contrairement aux précédents chefs de région, les prochains qui vont arriver seront élus par la voie des urnes», s’est félicitée Patricia Raharisoamalala. Et elle d’ajouter qu’il est grand temps à présent de mettre en place toutes les institutions de l’Etat sans plus attendre.

Quoi qu’il en soit, le KMF/Cnoe est actuellement en attente de la composition de son nouveau bureau. Après l’élection de son président, Ernest Razafindraibe, au sein de la Ceni, mais également après expiration du mandat des membres du bureau, le KMF/Cnoe prépare la tenue d’une assemblée générale pour élire les nouveaux membres. Toutefois, aucune date n’a encore été fixée. En attendant, la société civile poursuit la sensibilisation en matière électorale non seulement auprès des simples citoyens mais également des autorités.

Tahina Navalona

Les commentaires sont fermées.