Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Enseignement supérieur  : le système LMD à l’heure de l’évaluation

Enseignement supérieur  : le système LMD à l’heure de l’évaluation

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres) compte convoquer toutes les parties prenantes pour procéder à l’évaluation de la mise en œuvre du système LMD dans la Grande île. «Cet atelier, qui se tiendra au mois de juin prochain, sera axé sur deux points essentiels, en l’occurrence les études et l’évaluation des différentes problématiques relatives à la mise en œuvre de ce système», a-t-on appris de source auprès du ministère de tutelle.

Le renforcement de la professionnalisation des formations de l’Enseignement supérieur sera également à l’ordre du jour de cette concertation entre les représentants des différentes structures concernées. Il s’agit notamment des hauts responsables des Universités publiques et privées, des chercheurs et enseignants, des personnels administratifs et techniques, des étudiants, des opérateurs économiques, des partenaires techniques et financiers (PTF)…

Par ricochet, des solutions pérennes doivent être adoptées pour surmonter les obstacles qui empêchent chaque université de basculer définitivement vers le système LMD. D’après la ministre Marie Monique Rasoazananera, «Basculer vers le système LMD, c’est enseigner autrement, apprendre autrement et gouverner autrement. Cela nécessite des moyens, autant financiers que matériels, mais aussi de la détermination, de la solidarité et surtout de la sérénité. Parallèlement à la mise en place des nouvelles structures pédagogiques, les besoins en infrastructures sont tout aussi importants pour donner forme au LMD».

Sur le plan pédagogique, chaque université doit se référer à la stratégie nationale de la recherche scientifique, qui a été décrétée en 2013. A l’issue d’un forum national et suivant la politique générale de l’Etat, le Plan directeur de la recherche (PDR) a défini quelques priorités, à savoir l’agriculture, la sécurité alimentaire, la nutrition, la santé, la biodiversité, le changement climatique, l’environnement et les énergies renouvelables.

Fahranarison

Les commentaires sont fermées.