Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Français du monde Madagascar  : droit de réponse

Droit de réponse à la Chronique de Kemba Ranavela parue dans le numéro 3634 du quotidien «Les Nouvelles» en page 11, le lundi 29 février.

Je remercie Kemba Ranavela pour l’intérêt qu’elle porte à «Français du Monde Madagascar». Je regrette cependant qu’elle n’ait pas eu la curiosité de rencontrer les dirigeants de l’association avant d’écrire sa chronique. Nous l’aurions reçue avec plaisir à nos bureaux à Ampandrianomby où elle est la bienvenue. Cela lui aurait permis d’affiner son information. Je note, en effet, plusieurs approximations s’agissant des fondements de «Français du Monde Madagascar» et de l’objet des activités de l’association en relation avec l’administration du Consulat de France à Tananarive.

«Français du Monde Madagascar» relie symboliquement dans son nom la France et Madagascar. Ce nom porte le concept qui anime notre engagement : celui d’une association principalement tournée vers la communauté française mais ouverte à la société malgache dans sa relation avec la France. C’est pourquoi «Français du Monde Madagascar» s’ouvre aussi aux personnes de nationalité malgache lorsqu’elles ont un questionnement ou une démarche concernant la France. «Français du Monde Madagascar» a donc fait le choix de l’intégration dans le contexte national malgache où l’association vit et s’organise, en abandonnant le fonctionnement communautariste originel. On peut être opposé à cette orientation, mais il serait inconvenant de la caricaturer.

Nous recevons, chaque mois, plus de 150 personnes qui viennent se renseigner ou rechercher une aide à la présentation et à la constitution de dossiers administratifs. Nous avons ainsi, au fil des ans, acquis une qualité d’expertise validée par cette fréquentation. Ce nombre de «visiteurs» témoigne  de l’utilité du service citoyen que nous proposons. Si nous n’avions aucune utilité sociale nous n’aurions pas de visiteurs.

Pour autant, est-ce que cela traduirait une insuffisance de la part des services consulaires de l’Ambassade de France ? Cette conclusion, suggérée par la Chronique de Kemba Ranavela, traduit une méconnaissance du rôle respectif des deux acteurs. Le consulat effectue des actes administratifs, sur dossiers. Les personnes prennent rendez-vous pour une démarche précise, identifiée et concrète. C’est son rôle et il le remplit plutôt bien. Pour le reste, il renvoie à son site internet et à «monconsulat.fr». Il n’est pas organisé pour renseigner, orienter, aider à la constitution des dossiers, faire l’écrivain public, présenter le dispositif d’aide sociale, expliquer comment on prépare un dossier de bourses scolaires…  L’association Français du Monde Madagascar se situe sur ce service citoyen, en amont de l’administration.  Les rôles sont complémentaires et la relation entre les deux organismes traduit cette complémentarité. Français du Monde facilite ainsi le travail de l’administration au bénéfice des usagers, y compris dans la préparation des dossiers de visas. Si l’association optimise la qualité d’un dossier, elle n’est en rien décisionnaire de quoi que ce soit. Les personnes qui viennent nous voir l’ont bien compris, si cela peut rassurer la chroniqueuse et lui éviter de verser dans la caricature.

Bien cordialement.

Jean-Daniel Chaoui, Président de

« Français du Monde Madagascar ».

Les commentaires sont fermées.